À mes souhaits !

J’en connais quelques-uns qui vont applaudir, enfin avant d’avoir fini de lire, cet étalage de self-brossage-dans-le-sens-du-poil que là, obligée, je vous fais. Les qui disent à longueur d’année «mais arrêtes de te dévaloriser» alors que je remarque juste que ma petite personne, quel que soit le diamètre de ses chevilles, n’est qu’un grain de sable de la plage humanité. Je ne me rabaisse pas, les amis, je constate. Y’a rien de rabaissant à penser qu’on est soi, dans sa richesse intérieure, un humain, au même plan que les milliards d’autres dont je suis entourée. Au contraire. Perso, ça me réjouit, d’en déduire par extrapolation toute la complexité, l’infinie variété, la formidable mosaïque dont la Terre est dotée.

Mais celui qui est des rares auxquels je me sens en devoir d’obéir, Dark Vador himself, vient par une injonction divine dont il a le secret, de son ton souriant et déterminé, de me dire : «Arrêtes de minimiser !», au sujet d’une satisfaction personno-professionnelle qui vient de tomber, et qui méritait que je lui téléphone pour l’en informer, tout en ramenant sa survenue à la normalité. Ok. Dark Vador a dit, a décidé.

À l’ordre d’origine suprême je vais donc me plier. Me la péter un peu, ici, séance tenante.

– Je suis la plus belle, la plus magnifique, le jour, la nuit, y compris mal réveillée. [Toi, le miroir, ta gueule.]

– Je suis la plus gentille, toujours dévouée, serviable et attentionnée. [Aie. Vous, les nombreuses victimes de mon égocentrisme, vos gueules, mais gentiment dit, sinon ça colle pas. Paradoxe du deuxième tiret.]

– Je suis la plus intelligente, mon esprit est vif, ma réflexion approfondie, pleine de recul et de maturité. [Toi, ma mémoire qui en 5 secondes a sorti de derrière les fagots 12 exemples récents du contraire, ta gueule.]

– Je suis la plus douée, inventive et passionnée dans tout ce que je fais. [Toi, le jardin en totale décrépitude, vous aussi projets entamés et en plan laissés, vos gueules. Depuis quand un jardin ça sait parler ?]

– Je suis la plus drôle des toubibs et des blogueuses réunis. [Toi, le clic «Archives» de ce blog, ta gueule.]

– Je suis, je suis… [Toi, le démon de la connerie et toi aussi, Julien Lepers, ça suffit ! Vos gueules aussi.]

– Je suis, de tous ceux que vous avez croisés, en clics ou en vrai, la plus cinglée. [Tiens, c’est bizarre, personne ne proteste…]

Bon, ça va, là, Dark ? Je peux arrêter ? Nan parce que toute cette poudre aux yeux, ce fard à joue, ça commence à me faire éternuer.

Atchoum ! À mes souhaits.

Advertisements
Cet article, publié dans Connerie fulgurante, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour À mes souhaits !

  1. alaskan1181 dit :

    Juste un mot.. Continuez de nous faire réver!!!!! Des egos trip comme ça prouvent bien votre humilité 🙂

  2. PLANTE dit :

    merci çà me permet de finir mes journées avec le sourire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s