LOSLAFA (6) : Le pire n’est jamais décevant

C’est une belle & calme journée aux Urgences. La salle d’attente du secteur froid explose, le couloir du secteur tiède ne suffit plus à contenir la saturation des box, bref c’est la merde.

Le secteur chaud n’est pas en reste.

La mise en jambes a débuté par un beau choc septique. Remplissage, dirty-epi-drips, noradré, tube, et zou en réa. Puis un beau choc cardiogénique, car il est agréable de varier les plaisirs. Puis une embarrure (en français c’est quand t’as le crane enfoncé) avec pneumencéphale (c’est d’avoir de l’air dans la boite crânienne, et pas seulement au sens figuré) secondaire à la dissolution de l’amitié dans la vodka.

FullSizeRender(4)

Toute petite embarrure qui n’empêche pas le patient, malgré une alcoolémie à 3g, de jouer avec son smartphone.

Puis une hypothermie à 32 bradycarde à 32.

FullSizeRender(3).jpg

Onde J d’Osborn-avec-les-yeux-de-la-foi.

Puis quelques bricoles telles la détresse respiratoire pim-pam-poum-VNI et la tachycardie à 180 soit 6 mois de retrait de permis.

Et puis on nous colle un patient qui va bien.

L’horreur.

On y était pas préparées, les infirmières et moi. J’avais bien dit qu’il allait bien, mais on m’a répondu qu’il était profondément bradycarde. Il avait fait une extrasystole sur les 10 secondes de mesure de fréquence cardiaque à l’accueil, ce qui fait qu’entre le repos compensateur [NDLR : après une extrasystole, le cœur, s’apercevant qu’il a fait une bourde, fait une micro-pause. Spagrave.] et sa fréquence cardiaque basale à 50, paf, il est passé dans les critères d’orientation vers le secteur chaud. Alors qu’il avait fait 80 km sur les conseils de son médecin parce que son PSA était à 1,3 fois la norme dans un contexte de prostatite aiguë. «Pour voir un spécialiste du CHU». True story. Les filles ont failli lui piquer un bilan, prélever des tas de tubes, des hémocultures, poser plusieurs caths gris, bref lui faire bénéficier du welcome-pack habituel du secteur chaud. Bon. Nous l’avons scopé pendant 1h en pensant à cette pauvre Sécu qui raquait chaque minute de surveillance en milieu intensif.

Ce faisant, le Démon s’est à nouveau emparé de moi en regardant sur l’informatique quels étaient les motifs d’entrée des patients jonchant les autres secteurs. Dont celui de Mr E.

«Ça, c’est une aorte.»

Au secteur tiède. It looks like a fucking aorta. Le Démon s’agite, veut partir chasser. Petit-Ange le retient. «Mais non, tout le monde va encore se foutre de ta gueule et te donner des cours de médecine». Terrifié à l’idée d’apprendre quoi que ce soit qui ne soit pas de la merde, le diablotin se calme un peu. On a qu’à téléphoner à l’urologue au sujet du PSA, pour avoir confirmation du bullshit. Puis au médecin traitant pour dire que l’uro a dit «pas de PSA» ce qui en soit vaut son pesant de cacahuètes.

Dreling dreling dreling ! «Allo Adré, je suis au scanner avec un patient, Mr E. Les chirs sont prévenus. Je te le monte.»

J’ouvre le visualiseur d’imagerie. Le scan de Mr E. Premier jet. Sans produit de contraste. Éloquent. Énorme. OMFG.

FullSizeRender(5)

Aorte thoracique de Mr E. Anévrysme monstrueux autour d’une endoprothèse qui avait soigné un anévrisme déjà volumineux.

«Préparez de la morphine, vite.» Les premières images ont suffi. Si ce monstre explose avant le bloc, on ne pourra rien faire. «On va prendre une entrée, Mr E. Si sa famille arrive, laissez les rentrer. Peu importe qu’on soit en train de faire des soins.»

Mr E. arrive. Souriant. La douleur est minime.

La suite ne se raconte pas.

Ce jour là, j’ai cru avoir vu le pire en terme de gros vaisseaux qui explosent. Les jours suivants m’ont prouvé le contraire.

Comme le disait Nanarland, « Le pire n’est jamais décevant.»

To be continued …

Publicités
Cet article, publié dans Instantanés, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour LOSLAFA (6) : Le pire n’est jamais décevant

  1. A. dit :

    Adrééé!
    Trop contente que tu reprennes le blogage!
    Ces posts auront réussi à me rendre méfiante-de-l’aorte jusqu’à la fin de ma vie je dirais : o
    A. (fidèle lectrice externe qui a quand même trouvé que les gardes au SMUR c’est moins drôle en vrai que dans ton blog x_x’ )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s