LOSLAFA (2)

Mr A. est pour ainsi dire le patient 0 de cette malédiction série.

Tous les autres « cas » seront narrés dans un désordre volontaire et tous les patients seront ici des hommes ; histoire d’anonymat.

Lui est vraiment le 1er.

Mr A. se présente aux Urgences pour une douleur abdominale.

Tension 12/7, pouls 75, respire bien. Échelle de la douleur : 4/10 à l’entrée.

Il arrive vers 16h30, au moment où l’urgentiste est en train de manger. Si. Avec ton argent, ami contribuable, il faut le savoir, on paye les urgentistes à parfois se nourrir. À l’hôpital public, bon sang. Feignants de fonctionnaires qui créent de la dette. Comble de malchance, ce jour-là, l’urgentiste, c’est moi. [Et là, c’est le draaaaame]

La panse alourdie, l’urgentiste (j’aime beaucoup parler de moi à la 3e personne) s’enquiert auprès de ses esclaves internes et externes de ce qu’ils ont branlé pendant son absence. Arf. Y’a du monde dans le couloir. [Heureusement, à force de faire régner la terreur, tous les patients ont été vus, si nécessaire dans une alcove.] 4 patients dans le sas, 1 seul box libre, et toujours pas de note de service spécifiant qu’on avait le droit de les empiler par demi-douzaines dans le même box.

Va falloir choisir qui a gagné son box. Horreur, cela implique de s’approcher de ces patients pour les évaluer. Or, tous ces gens conscients qui respirent et qui ont une tension, j’ai pas l’habitude, ça me stresse.

Mr A., rose pimpant : «J’ai une colique néphrétique, j’en ai déjà fait, c’est pareil. Ca fait 2 jours que ça dure, mais là ça m’a fait un peu plus mal, je suis venu. Finalement c’est en train de passer.» (NB : n’a reçu aucun antalgique)

Les esclaves relatent la tension normale, la fréquence cardiaque normale, l’examen clinique normal.

Un œil sur l’age. 62 ans.

Bibi : «C’est une aorte. On le met dans un box et on le scanne.»

Un œil sur l’interne qui a des ???? dans les yeux. Bordel, il va falloir communiquer en français avec des interlocuteurs extérieurs à moi-même. Bon, celle-là, c’est fastoche : c’est l’interne et JE suis le chef alors d’abord c’est moi qu’ai raison. Un œil sur le dossier. Merci. Les antécédents. Tous les antécédents vasculaires de la Terre. On peut tous les cocher. Je lui montre. Elle file, avec Mr A. qui dit qu’il a plus mal et que tout compte fait il peut rentrer chez lui.

Oui mais non.

C’est une aorte.

Parce que.

À Chicago, malgré un corps étranger soustrayant un bon tiers de mon débit cardiaque à mes neurones chéris, j’ai bien retenu ce qu’il a dit le monsieur. Cliff Reid. «Aorta will fuck you up».

Souvenir de Chicago. Allégorie.

Mr A. est installé. L’interne arrive dépitée vers moi parce que le radiologue l’a envoyée chier. Ce qui du reste est de bonne guerre quand t’as un patient qui va bien et que ton seul argument est «ma chef dit que».

Va falloir appeler soi-même. Bordel. J’ai un café qui va refroidir.

«Ui bonjour c’est le Dr Adré, je suis le sénior, c’est une aorte, je veux le scanner».

Radiologue : «Gnagnagna arguments cliniques ?»

Bibi amputée d’un café : «Bah il dit qu’il a une colique néphrétique et il a une tension normale, une fréquence cardiaque normale, un examen clinique normal. 62 ans. Tous les antécédents cardiovasculaires de la Terre. C’est une aorte. Je veux le scanner. »

Radiologue : « Gnagnagna créatinine gnagnagna beaucoup de scanners en attente gnagnagna argumentation clinique pourrie« 

Bibi : «C’est une aorte, je veux le scanner».

Je vous cache pas que là, l’équipe à mes cotés songeait au syndrome frontal et à ses persévérations.

Radiologue, saisissant à juste titre que l’urgentiste n’a pas beaucoup de vocabulaire en dehors du mot «aorte» : «Si vous voulez, je le prends immédiatement à l’écho, et si il n’y a pas de dilatation des cavités [NDLR : cavités pyélocalicielles = dans les reins, qui peuvent grossir dans le cadre de coliques néphrétiques affirmant ainsi le diagnostic], je le scanne»

Bibi, comprenant qu’avec tous les scans urgents en attente, de toute façon c’est baisé parce qu’il n’ira jamais au scanner dans la minute, mais putain fait chier parce que c’est une aorte bordel : «Ta décision, ta responsabilité. C’est une aorte.»

Et Mr A., qui ne voit pas pourquoi il irait au sous-sol alors que chez lui c’est plus joli, part à l’écho.

Le temps s’écoule bordeliquement comme dans un service d’urgences jonché de gens dont certains ont des blouses et d’autres des symptômes. En tant que déesse sénior, faut mettre un peu d’ordre et de décisions péremptoires dans tout ça. Sans compter le café froid à déguster.

Dreling dreling dreling [Téléphone du sénior qui sonne]

Bibi : « Allo ?« 

Voix tremblante : « C’est le scanner. Faut venir, vite. Il a rompu.« 

Bibi, 140 km/h à pieds (allez vous rhabiller, les guépards) en direction de l’escalier qui mène au sous-sol radiologique, 130 décibels à l’intention de ceux qui dans l’équipe comprennent que si je pars comme une furie, c’est qu’il faut me suivre : «du matos de réa, et si vous trouvez, un pantalon anti-choc*». Tout en appelant le réa puis le chir en dévalant l’escalier.

IMG_0183

Pour les néophytes : le gros truc rond devrait environ être 5 fois plus petit et c’est la plus grosse artère du corps. Et le petit panache qui en sort, ben c’est du sang.

Aux dernières nouvelles il va bien. Attention c’est le seul pour lequel je vous dirai quel a été le devenir à distance.

IMG_0184

Et là le truc rond de Mr A. il est moins impressionnant quoi que déjà trop gros, mais par contre la marre de sang qui en sort on la voit mieux. Et crois moi, c’est trop.

*NB J’attends les commentaires désabusés sur le pantalon antichoc et j’aimerais savoir si ils ont d’autres alternatives que de s’asseoir sur le ventre du patient en espérant avoir pris du gras suite à la dernière tartiflette.

Le début d’une loooongue série.

To be fucking continued …

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour LOSLAFA (2)

  1. gueguen dit :

    Bravo !!! Remarquablement bien écrit.Ça me rappelle du vécu avec les radiologues, les patienst, les internes….Belles qualités rédactionnelles a exploiter !!!

  2. Doc Chuao dit :

    Diagnostic ?
    #TheAnswerMyFriendIsBlowingInTheWindyCity (pourquoi n’y aurait-il que moi à se trimbaler avec du Bob Dylan en boucle depuis la lecture de cet article ?)

  3. circe592 dit :

    Et oui, The aorta had fuck me! J’étais interne aux urgences.. et je n’avais pas un senior comme toi!
    Adressé depuis le matin par sa gériatre car  » pas comme d’habitude », je n’ai compris et demandé le scan qu’à 18 h.. Trop tard!
    Depuis, je n’exerce plus du tout dans ce domaine…mais je n’oublierai jamais

  4. Mais enfin, la neurologue en moi se dit, mais… comment? quelle magie? pourquoi t’as pensé à l’aorte?

    Aaaaarrrgghh toutes celles que j’ai dû manquer… (sinon c’est cool de te lire, love U)

    • En plus j’aime bien les histoires où le radiologue gnagnagna se fait finalement avoir (gnakgnak)

      • docadrenaline dit :

        Une fois arrivée après leur appel, je ne leur ai fait aucun commentaire. Primo ça n’aide en rien le patient et voire c’est pas le moment. Secundo tertio etc : ils ont des demandes d’examens complémentaires dont la iatrogénie est non nulle à longueur de journée pour des motifs qui vont du parfait à nimportequoiesque en passant par la grande proportion de « non renseigné » (ce qui rend les protocoles d’injection etc complètement impossibles à choisir). Et on se plante tous. Je crois que le radiologue qui m’a appelé sait pertinement qu’au dela de la perte de temps, un mouvement de brancardage en plus ça a pu être la goutte d’eau qui fait péter la bombe. Je ne pense pas que ça lui fasse plaisir. Ça sert à rien d’être la pouffiasse qui merdeusement ajoute un « alors, kicékavait raison ? ».
        Tu verras la suite de la série. J’ai plus de pb pour avoir les examens 😉

    • docadrenaline dit :

      Pour Mr A. 4 raisons :
      1) Faut être bête et systématique devant une colique neph passé la cinquantaine : c’est une aorte jusqu’à preuve du contraire. Au final la majorité seront des coliques neph. Une minorité seront des dissections aortiques. Et une infime minorité seront, comme ici, des fissurations d’anevrysmes aortiques.
      2) Sachant cela, le « Aorta will fuck you up » m’avait fait passer du stade normal « je me méfie de toutes les coliques nephs passé la cinquantaine » à « je préfère péter les b….. à tout le monde avec ma paranoia que de me faire f…. up par une aorte que j’aurais sous estimée ».
      3) Mr A. est blindé d’antécédents vasculaires. Et il a aussi un atcd de colique neph dont il reconnaît la douleur, mais ça je m’en carre. Autant sur l’infarct la reproductibilité de la douleur d’un épisode à l’autre c’est très rentable (par exemple en régul, appel pour douleur « tho » atypique (du vecu : flanc droit uniquement) mais décrite comme identique à l’infarctus => c’est un syndrome coronarien) ; autant pour le reste je suis pas sûre de la fiabilité du truc. Mais bon on est d’accord que je me suis mis en tête que c’était une aorte avant même d’avoir vu la liste d’antécédents. Donc c’est tricher que de dire que ladite liste m’a mis sur la voie. Celle ci n’a fait que m’aider à plaider mon hypothèse auprès d’autrui. (Fait chier, autrui. Déjà que mes 2 hémisphères ont du mal à communiquer clairement)
      4) Le pif, je suppose. Des histoires de pif absolument rocambolesques on en a tous. Le pif n’est jamais fondé sur rien mais dans le cas du monsieur je saurais pas te dire sur quoi. Je diagnostique souvent au faciès et le sien était avenant. Enfin avant qu’il rompe son monstrueux anévrysme fissuré.

  5. Laurence dit :

    Toujours aussi bien écrit… je ne m’en lasse pas. À quand le bouquin ?

  6. Dona Juana dit :

    Le pif , le pif !!! Le mien me sert à identifier un vin à l’aveugle , mais aussi à déceler un cancer digestif rien qu’à l’haleine . Le tien , à flairer du vilain foireux qui pue qui tue .

  7. Doudou13314682 dit :

    Superbe ! Je préfère de loin les dissections….😎

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s