Vlan

Je sais pas si c’est comme le vélo, qui soi-disant ne s’oublie jamais ; mais au cas où je me vautrerais, je te remercie d’avance de ta compassion. Ça fait un bail sans écrire. En outre je suis frappée d’une impossibilité absolue de cuite au vin blanc qui aiderait pourtant bien. Malédiction.

C’était une nuit et c’était loin et il faisait abominablement humide. J’aime pas, la pluie. Nous autres membres blanchement vêtus d’équipage SMUR étions attendus sur le pas de la porte par un ambulancier privé (celui des deux qui avait manifestement gagné au jeu de pile ou face) et l’époux de la patiente. L’autre ambulancier, le perdant, était en train de finir d’essorer ses surrénales en comptant chaque seconde avant notre arrivée, auprès de la dame. Tellement elle était moche.

D’un bleu luisant de sueurs, assise au fond du lit, avec le masque à oxygène pleins gaz sur le pif, et tous les signes de lutte imaginables : oui, y compris le battement des ailes du nez. Tandis que l’équipe s’affairait à pré-fracasser le sac sur un coin du lit, ouvrant toutes les poches ou presque, mes oreilles saisirent le peu qu’il me fallait pour dégainer d’emblée mon jouet. «Insuffisance rénale dialysée» + «Problèmes cardiaques» [pas la nuit pour tacler un ambulancier comme quoi «Problèmes cardiaques», ça veut tout et rien dire] + détresse respiratoire monstrueuse + la nuit + t’façon on a pas le temps de tergiverser = OAP = VNI et qu’ça saute.

«On vous a déjà mis un masque qui ….?» j’ai pas eu le temps de finir ma phrase que la dame, apercevant le dispositif, me fit un « oui » de la tête, avec un air de dire « allez, vite » qui me fit sauter la minute d’explication sur la procédure.

Je fais toujours de petits réglages au départ, en termes d’aide inspiratoire et de PEP, par peur qu’ils m’envoient valser le masque ; mais je leur explique qu’on va adapter la machine à leurs besoins comme ils le sentent. Progressivement. Au feeling, posée, je leur demande si ils ont assez d’air, et puis si il vient assez facilement, et je regarde la gueule des courbes. J’adapte. Tranquillou. D’habitude.

J’avais un peu les chocottes parce qu’elle était bleue-bleue-mal, avec un capital veineux faisant maugréer l’infirmier, trop de sueurs et d’agitation pour se faire peur avec un chiffre de sat. Et à coté de ça, elle avait déjà fait de la VNI. Formidable, non ? Non.

J’ai démarré avec mes réglages softs habituels. «Est-ce que vous voulez plus d’air ?». La pauvre dame étouffante a forcément opiné dès la question posée. 30 secondes plus tard aussi. Et 30 secondes de plus après, aussi. Comme une gourde, dans la précipitation, j’ai monté l’aide. À un niveau raisonnable.

Et puis au bout de la 2e minute de VNI, profitant de l’oxygène apporté à son organisme, elle a saisit le masque, et l’a balancé à l’autre bout du lit.

Trop d’aide. Trop vite.

Toute ma fierté de savoir gérer la mise en place de la VNI dans l’urgence préhospitalière, de tâter en affinement de réglages ventilatoires, toute cette self-confidence-with-Gargamel se sont étalées là, en prenant cet énorme gadin.

Elle a viré au bleu-gris, preuve que finalement, bleu-bleu, c’était pas si moche. Lui plaquant par défaut le masque d’oxygénothérapie classique dont elle ne voulait même pas, j’ai vu défiler les autres alternatives. Qu’y’avait pas. 1) L’intubation sur le lit ? Nein. L’allonger = la plier. Et puis t’façon t’as même pas de voie veineuse pour l’induction. 2) Mais si mais si, l’intubation sur le lit ! Au piolet, assise. WHAT ? Nan mais la totalité des critères d’intubation difficile, on en fait quoi ? Ah merde. Et je te rappelle que t’as pas de voie veineuse pour l’induction [rooooh mais il suffit de mettre un KTIO !!! et hop une dédicace] 3) Le traitement médical ? Houhouhouhihihihahaha. Trop drôle. Sans voie veineuse. Avec des reins incapables d’éliminer la moindre urine. Ben voyons. 4) La saignée. Alors là, je dis, bravo. Sauf que faire une saignée sur un KT intra-osseux, je sais pas si ça le fait. Or vu la savonnette à la lavande que c’est, la dame, je pense que le KT intra-osseux, c’est notre seul espoir d’abord « vasculaire ». Pas de saignée. Pourtant c’est pas l’envie d’aller planter une aiguille dans l’artère fémorale histoire de soustraire assez de liquide pour permettre à la dame de respirer qui me manque. Mais on est pas censés refaire la peinture chez les gens. Tant pis.

Pendant ces quelques secondes a faire défiler l’absence d’autre option, j’ai vu la dame griser-bleuir de plus en plus, se rapprochant de l’arrêt. Éliminer cette option aussi, oui-ok-une-fois-que-c’est-un-arrêt-c’est-facile, certes c’est tentant, mais non. T’as l’option attendre qu’elle soit plus trop là en termes de conscience, également, pour lui coller la VNI de force sur le pif. Pas très fair-play et complètement hors-recos, mais que le réa qui ne l’a pas fait me jette la première portion d’aligot.

Piétinant dans ma tête, j’ai re-proposé le masque de VNI à la dame. Lui assurant qu’on avait pas d’autre option mais qu’on allait faire plus doucement qu’auparavant. Ça a marché. Parce qu’en SMUR quand c’est la merde absolue t’y arrives, faute de choix. Elle a même eu une voie veineuse digne de ce nom. Et nous avons roulé.

Tout ça pour dire que le vélo, tu crois que tu sais en faire, et puis une nuit tu te ramasses tellement bien que tu décides de ne plus jamais ôter complètement les petites roues de la prudence.

Sur ce je pars dîner indien. Bisous.

Advertisements
Cet article, publié dans SMUR, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Vlan

  1. wain" dit :

    et pourquoi donc, impossibilité de cuite au vin blanc??? o:-)

  2. Boutterin dit :

    Doc Adré, vos billets m’ont manqués…

  3. Doña Juana dit :

    A moi aussi. , tes billets ont manqué !

  4. julien dit :

    je ne suis pas urgentiste. Je ne suis même pas médecin. J’adore vos billets, votre style vivant, haletant. Mais pour un profane comme moi c’est une langue étrangère. Heureusement que j’ai google.

  5. Thomas dit :

    Merci pour ce témoignage ! J’adore votre conclusion : Parce qu’en SMUR quand c’est la merde absolue t’y arrives, faute de choix. En attendant, la patiente a été prise en charge et soignée, vous avez réussi !

  6. Christelle dit :

    Alerte enlèvement :
    DOC adre a disparu…..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s