Manteau-gate

Y’a eu combo. Dire une ineptie + s’en prendre à ma gamine + quand je sors de garde. Combo.

Tout allait bien, j’étais sérénité post-garde qui va retrouver son bout de chou, l’avenir stomacal s’égayait à l’idée de la pizza du lundi soir, je frisais la zénitude. Patatra, en allant chercher la gosse à l’école, me voilà soudain abordée par une animatrice.

«Ui voilà, je voulais vous voir, parce que Wiki/Petit-Caillou ne met pas son manteau dans la cour.»

Souriante, je rassure mon interlocutrice en lui confiant qu’en fait, cette enfant n’est pas frileuse. Vraiment pas. À tel point qu’à la maison, elle joue dans le jardin des heures durant, pieds nus et en T-shirt. Si bien que je ne suis guère étonnée qu’elle ne daigne se couvrir pendant les récréations.

«Nan parce que vraiment, elle ne met pas son manteau.»

Faut croire que trop assommée je n’ai pas perçu la vacuité rhétorique de la répétition de ce qui venait de m’être dit. Bah non. Fatiguée, je ne me suis même pas agacée, me contentant de renouveler la réassurance. Elle ne met pas non plus son manteau à la maison bla-bla-bla, c’est pas grave blablabla, elle n’est pas frileuse blablabla, et d’ailleurs : elle n’est jamais malade. Prenant exemple sur la pointe de rhino qui m’affecte ce jour, je conclus en pariant que l’enfant ne chopera point ladite rhino (signalant que du reste, je ne me considère pas comme malade, autant dire que si elle devait la pécho ça serait pas dramatique).

«Oui enfin elle ne met pas son manteau dans la cour, hein. Ah et puis au fait : y’a pas cantine jeudi.»

Ok, je prends note de l’absence de déjeuner collectif. Sans plus avoir prêté attention à la nouvelle itération de la thématique «manteau».

L’animatrice s’éloigne.

L’enfant tardant à poindre, trop accaparée par son activité, j’attends. Mon regard visant mon téléphone, je saisis alors la silhouette de l’animatrice s’approchant à nouveau de moi. Relève la tête.

«Du coup, puisqu’elle ne met pas son manteau, enfin vous comprenez les autres enfants après, … on l’oblige à rentrer à l’intérieur.»

Les bras m’en sont tombés.

J’avoue n’avoir rien rétorqué. Wiki/Petit-Caillou est arrivée radieuse, en T-shirt, par 5°C. Je l’ai embrassée et nous avons quitté l’école.

M’entreprenant sur le fait qu’elle était désormais contrainte à passer son temps récréatif à l’intérieur, elle me rend mon bisou de bonjour, sans précaution vis-à-vis de la rhino. Qu’elle ne chopera pas, et quand bien même elle la choperait, qu’est-ce qu’on s’en carre, hein ?

J’ai donc rassuré ma princesse sur le fait que je ne voyais pas d’objection à ce qu’elle ne se couvre pas davantage lorsqu’elle juge son confort thermique adéquat. Agrémentant mon discours de quelques jurons à l’encontre de la démarche anti-bras-nus dont elle fait l’objet, histoire que ses chastes oreilles comprennent à quel point je la soutiens.

Le manteau-gate.

Va falloir que j’écrive quelques lignes dans le carnet de liaison. Ne comptez pas sur l’homme, qui émettait ce petit bruit métallique de chargement d’arme alors que nous lui narrions l’anecdote. Va falloir. Rester diplomate. Ouch le défi.

« Note à l’attention des animateurs et du personnel éducatif de l’école

Comme vous avez pu le constater, Wiki n’est pas frileuse. Elle n’est néanmoins pas stupide. Cela implique que lorsqu’elle a froid, elle est parfaitement capable, à l’age de 9 ans, de se vêtir de pulls & autres manteaux appropriés, dès lors qu’elle en dispose, ce qui est le cas.

J’entends bien que cette particularité engendre des conséquences de plusieurs ordres à vos yeux.

Premièrement, et c’est bienveillant de votre part, il semble que vous soyez soucieux de sa santé et de l’impact que pourrait avoir le froid hivernal sur celle-ci. Je vous en remercie et voudrais vous rassurer sur ce point : le froid n’a jamais rendu personne malade. Il est une regrettable erreur de langage considérant que lorsqu’on contracte une infection notamment une virose saisonnière, on « attrape froid ». Sachez cependant que l’on attrape un germe, généralement bénin, à la faveur d’un moment de fatigue éventuellement lié au fait d’avoir froid (et par conséquent de le ressentir), lorsqu’on est en contact avec celui-ci. Le caractère rarissime des absences pour cause de maladie de Wiki (vous pourrez vérifier, consultant à cet effet les tableaux de présence scolaire archivés dans votre établissement) ainsi que sa faible consommation de mouchoirs, attesteront de la solidité immunitaire de cette enfant dont je peux vous avouer qu’elle évolue librement dans le jardin de la maison dans la tenue qu’elle souhaite, et ce depuis toujours. Ainsi donc, qu’il fasse froid ne suffira pas à la rendre malade, à partir du moment où elle n’en ressent pas l’inconfort, la preuve.

Secundo, considérant que les parents que nous sommes puissent être rigoureusement attachés à ce que notre fille porte des vêtements chauds constamment, il vous a paru nécessaire de nous faire part du fait qu’elle n’avait cure de s’emmitoufler dans une laine lorsque celle-ci lui est superflue. Nous en prenons note et tenons à vous signaler que cela ne nous importune pas, si tant est qu’elle ne vienne pas nous appliquer ses mains gelées dans le dos.

Tertio, apparaît le problème des autres enfants. Il m’a été dit que la présence dans la cour de mon enfant évoluant bras nus, du fait des autres enfants s’y trouvant, posait problème, suggérant que cela constituait un « mauvais » exemple. Je reconnais ne pas avoir entendu ces termes exacts, mais avoir perçu cet argument au travers du bafouillage justifiant les mesures entreprises pour y remédier.

C’est ce dernier point et la sanction appliquée qui me heurtent.

Tout d’abord, revenons sur la notion de « mauvais exemple ». En quoi le fait que ma fille ne soit pas frileuse et par conséquent ne porte pas son manteau constitue-t-il un mauvais exemple pour les autres enfants ? Plus précisément, est-il possible de m’expliquer par quel mécanisme le fait de ne pas porter de manteau quand on n’a pas froid est mal ? Doit-on dans ce cas, considérer qu’avoir les bras nus est mal ? Doit-on, selon vous, craindre que ce mal auquel on adjoindrait volontiers une majuscule pour le faire paraître plus funeste, puisse être contagieux ? Quelle est au juste la définition de ce Mal incarné par un tel « mauvais » exemple ? Car si on ne souhaite pas de l’image d’un enfant agissant « mal » impunément sous le regard de ses camarades au sein d’un établissement scolaire, je ne crois pas que l’absence de port de manteau puisse y être assimilée. Ne pas avoir froid, ça n’est pas « mal ». C’est un fait, détail physiologique. Ça n’est en rien une mauvaise action.

Quel risque, en effet, à ce que d’autres élèves constatent qu’une de leurs congénères soit exemptée de doudoune ? Éventuellement, il se pourrait qu’un enfant souhaite à son tour se découvrir. Et alors ? Cette école abrite-t-elle une majorité d’enfants souffrant d’une dysrégulation de leur homéostasie thermique les rendant incapables d’éprouver une sensation de froid malgré des températures menaçantes pour leurs organismes ? A priori non (ou alors faut publier, les gars), donc nul enfant frigorifié n’ôterait son manteau à la vue de l’exemple de liberté doudounesque de la mienne. Il n’en reste pas moins possible qu’un enfant lui aussi réchauffé par ses jeux souhaite se découvrir. J’imagine que cela expose votre établissement à des récriminations de la part de parents convaincus de la génération spontanée en conditions météorologiques défavorables de germes létaux dans les cavités ORL de leur progéniture. Certes. Sachez cependant que les croyances archaïques des autres parents d’élèves ne sont pas mon problème.

Car si j’entends bien qu’il soit logistiquement difficile de veiller à autant de particularismes que d’enfants dans une école qui se voue à tous, je ne peux que m’étonner de la décision en découlant. En effet, il est quelque peu curieux que le rôle socialisant de l’école s’exprime par l’isolement décrété vis-à-vis de Wiki. Le dénominateur scolaire parvient à travers votre travail, d’ordinaire, à réunir en classe comme dans les temps de récréation des enfants si différents les uns des autres. J’ai peine à saisir comment un manteau non porté peut entraver les rouages pourtant solides de l’étonnant intégrateur social que constitue l’école. Je doute encore plus que le bannissement de la cour et la privation de récréation par la mise à l’écart qu’il implique puissent avoir un impact favorable dans la socialisation d’un individu âgé de 9 ans, fut-il coupable de n’avoir point froid.

Ne pas être frileux, ce n’est pas foutre le bordel. Remettons les choses à leur place. Cela ne met pas en danger l’équilibre de la communauté d’enfants dans la cour d’une école. Cela ne mérite pas d’être puni. Si ne pas porter de manteau désorganise la capacité normative de l’école, c’est inquiétant. Pour l’école. Si tous les enfants qui n’ont pas froid cessent de porter leurs manteaux pour faire plaisir aux adultes alors qu’ils frisent le malaise vagal à ne plus en pouvoir de suer sous leurs laines pendant qu’ils courent, cela ne les met pas en danger. Si les parents de ces enfants protestent parce qu’on a autorisé leurs enfants à ôter leurs manteaux parce que ma fille a le droit, elle, d’ôter le sien, soit. L’école doit-elle se plier aux croyances primitives des parents ? L’école doit-être bafouer la différence et le respect de celle-ci, sur l’autel de la prévention du conflit avec les éventuels parents ayant foi en une mythologie microbiolo-météorolo-physiopathologique surannée, au cas où le non-port de manteau serait contagieux ? Vraiment ?

À une époque qui parait lointaine, on aurait pu sanctionner un petit garçon qui joue avec des poupées dans la cour. Les lui confisquant, on aurait cru se prémunir du risque qu’il devienne homosexuel, comme si cela était dangereux d’une part, et comme si cela pouvait avoir le moindre rapport de causalité d’autre part. Ce faisant, on aurait pensé en protéger les autres petits garçons, qui dans le cas inverse auraient pu être tentés de jouer eux aussi à la poupée. Que de plaintes de parents évitées ! 

La comparaison est volontairement caricaturale. 

Il ne s’agit que d’un manteau. Wiki n’est pas frileuse. Foutez-lui la paix. 

Sa maman.»

Advertisements
Cet article a été publié dans Coups de gueule. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Manteau-gate

  1. Lili.rose dit :

    Elle s’appelle vraiment Wiki?

    • docadrenaline dit :

      Non, elle s’appelle …… Han ben non j’peux pas le dire, anonymat oblige.
      Elle s’appelle « Petit Caillou » dans ce blog, mais j’ai tendance à l’appeler « Wiki » depuis que je ne comprends plus que le quart de ce qu’elle dit. J’ai fait une enfant avec un génie.

  2. Cossino dit :

    Très beau texte.
    J’espère qu’il parviendra à son destinataire car, je ne sais pas pourquoi, j’ai un doute ;-))

  3. Docteurdu16 dit :

    Ce billet est brillant mais un tantinet irréel. L’animatrice est une lampiste. La docteure est une idéaliste qui croit encore que l’école est un étonnant intégrateur social…
    Quant à la fin sur l’homosexualité : un peu provocateur ou à la mode ?
    L’école est à mon avis une reproductrice des inégalités initiales de la société, voire une accélératrice de ces inégalités.
    Bientôt les petites filles de 9 ans seront vaccinées par les animatrices contre le papillomavirus…
    Ce texte prendra un sérieux coup de vieux.
    Merci encore pour cette lecture délicieuse qui devrait déjà exciter wiki à sa lecture.

    • docadrenaline dit :

      C’est une lampiste, l’animatrice, mais sa position devrait la faire agir de manière plus raisonnée qu’une mère qui vient d’enchaîner 24h de garde + une journée de formation aux étudiants. Elle aurait pu se contenter de me « signaler » le comportement vestimentaire de la gosse, sans la punir.
      Oui, je suis idéaliste. Je sais …
      La fin est pure provocation, of course.
      La jolie Wiki fait de beaux rêves, probablement sans sa couette qui « mais non c’est bon maman, j’ai pas froid » ; demain je lui ferai lire ma prose si elle en a envie 🙂

  4. Titi dit :

    Bonsoir, j’attends avec impatience chacun de vos billets. Et celui-ci est particulièrement gratiné 🙂 j’espère que le message est passé …

  5. Tina dit :

    Et voilà, j’ai l’impression de « déjà vécu ».
    Fichez-leur la paix à nos mouflets !

  6. Moineau dit :

    Pauvre gosse… surtout que clairement, les réactions des autres gamins doivent plutôt être du genre « Haaaan t’as pas de manteau ? Mais t’as pas froids ?!!! » « Oh tu me fais geler ! » et autre « t’es folle » que du genre « Ouah elle met pas de manteau c’trop une rebelle, allez moi aussi j’enlève le mien ! » (mes propres souvenirs datent plus du collège/lycée, mais je ne pense pas que ce soit très différent chez les plus jeunes). Au moins cette anecdote nous offre un chouette moment de lecture 🙂

  7. OLIVIER dit :

    Avoir une attitude stupide alors qu’on est éducateur est une chose, accepter de se l’entendre dire et surtout avec un tel discours en est une autre.
    Je crains pour vous, si vous l’avez diffusé « tel que », qu’il soit très mal reçu. On peut imaginer qu’il soit perçu comme très très dur, et que l’équipe se sente blessée par votre ton.
    Ce qui n’enlève rien au fond qui est scandaleux. Le « je ne veux voir qu’une seule tête » est sans doute la plaie de la société, et suivre le parcours d’un enfant est l’occasion de le vivre à fond. Vous n’avez pas fini d’en voir et d’en entendre.

  8. ça me fait penser à l’histoire du pull-over juif.

    C’est quoi un pull-over juif ?
    C’est un vêtement chaud qu’une mère met à son fils quand elle a froid.

    Dans le cas précis, ce n’est pas la mère… Mais je pense aussi à ces enseignants confrontés à la colère des parents « Comment, comment ! Vous l’avez laissée sortir sans manteau ! C’est à cause de vous qu’elle est malade, si ça tourne mal, nous allons porter plainte contre l’école ».

  9. Pandora dit :

    Bonjour, malheureusement c’est pareil avec les adultes, en formation l’an dernier cette question m’était adressée (par les formateurs et les élèves) je ne sais combien de fois par jour…

    B…l j’ai plus de 30 ans, si je suis en T-shirt en-dessous de 10 degrés c’est qu’il y a une raison!

    PS : j’aimerais bien ne pas savoir écrire comme vous.

  10. Sorraine dit :

    J’ai vécu çà. Mes enfants, alsaciens, habitués à des températures basses, se promenaient aisément en bras de chemise, quand les locaux, aquitains, étaient déjà en veste de ski. Je n’ai pas cédé non plus, même si, à la fin, çà a coûté plus cher à mes enfants qu’à moi. Le problème avec çà, c’est que si on ne plie pas, les petits s’exposent au genre d’horreur que vous avez vécu.

    Je ne suis pas très fière, du coup, de ne pas avoir plié. Même si j’avais raison, et vous aussi. Ils en plaisantent encore aujourd’hui, mais ils ont subi les contrecoups de mon entêtement. Je ne sais toujours pas si c’était mieux de leur montrer qu’on peut ne pas plier, ou si çà aurait été mieux de plier pour leur paix. Tout ce que je sais, c’est que personne ne devrait jamais se mêler de la façon dont nos enfants sont vêtus, tant qu’eux-même ne s’en plaignent pas. C’est aussi vrai vrai pour un enfant crado que pour un enfant « trop » légèrement vêtu.

    Au passage, on oublie un peu vite peut-être, qu’on se plaindra très volontiers du gamin « mal élevé », qui colle des gnons à nos « chairs et tendres ». Alors que. C’est tout pareil, non? Après tout, si les parents décident de les élever dans l’idée que la violence est une solution parfaite, qu’avons-nous à y redire? L’atsem, en tout cas, n’y verra aucune différence. Surtout si elle ne peut plus juger d’elle-même où est le bien.

  11. J’suis d’accord, mais comme je ne n’ose pas prendre les gens de front, je dis  » c’est la faute de MiniRambo, il ne veut pas mettre son manteau », et passant devant la PMI nous pressons le pas vite-vite, Minirambo en léger pull à 5° pour ne pas avoir l’assistante sociale sur le dos.

  12. eosine dit :

    Waou ! Quel texte ! Merci ! Comment ça a été accueilli à l’école ?
    Et que cette croyance  » attraper froid », me gave aussi… Entre mes parents, les copines, l’école, les patients au TAF, cette croyance stupide m’énerve fortement. Ah ça fait plaisir de te lire et de se sentir moins seule !
    Là j’ai beaucoup ralé après l’école… sans que je sois prévenue, mon 4 ans (MS), a vu le médecin scolaire, qui a prescrit un bilan orthophoniste… Déjà fait il y a 3 mois, résultat normal. S’ils nous avaient demandé hein ! Et sur le compte rendu, elle s’est trompé dans le prénom de mon enfant tout le long ! #pasénervantdutoutdutout !

  13. oranjumo dit :

    J’ai aussi un non-frileux qui sortait sans veste. Jusqu’à ce que quelqu’un appelle le 119 et que soit lancée une enquête sociale à mon égard. Depuis, il a chaud.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s