Clamation

On se côtoie, sans se parler, habituellement.

Dans le boulot, on se connait, muettement.

Nous avons su nous respecter mutuellement ;

souvent nous battre, nous affronter, frontalement.

Il m’est arrivé de rager, voire de pester,

d’échouer face à vous, (à toi ?), après ces combats,

estimant que vous manquiez, parfois, de fair-play,

exagériez dans la rudesse des circonstances.

De bonne guerre, je vous en ai arraché,

du bout des doigts, souvent, c’est vrai, du rab de vie.

Je viens ce matin avec une requête.

Quelques heures suffiraient à alléger ma peine.

Il s’agit en effet, d’épargner mon grand-père,

de patienter la journée avant de l’emporter,

à minuit en effet le cap sera passé,

la date, ce symbole, sur le calendrier,

n’ayant plus, le 26, cette saveur si amère.

Ma maman, aujourd’hui, fête son anniversaire.

Son travail la conduit à le passer très loin.

Cela semble désuet, mais je serais très triste,

que la même journée, elle perde ainsi son père.

Je ne me battrai pas, je vous laisserai faire,

je n’userai d’aucune de mes ficelles de pro,

ma volonté première est qu’il s’éteigne serein,

confortable, entouré, sans souffrance, sans heurts.

Je vous demande juste d’avoir la politesse

de remettre à demain la mort de mon grand-père,

qu’il demeure un peu plus pendant ces courtes heures

dans ce que ses enfants appellent un doux sommeil

et que dans mon jargon on nomme un coma calme.

Merci.

[Et si j’me suis fait suer, en sortant de ma garde,

à vous écrire en vers, m’arrachant le neurone,

veuillez considérer, madame la faucheuse,

qu’c’est une humble manière d’y mettre un peu les formes,

et y lire ainsi qu’ça me tient beaucoup à cœur. ]

Publicités
Cet article a été publié dans Instantanés. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Clamation

  1. Tina dit :

    Les grands-pères sont tellement forts qu’ils ne savent pas faire de la peine pour le reste des anniversaires de leur fille, c’est impossible.
    Courage à vous tous, bisou doux à ma « jumelle » et des bises d’encouragement pour toi, Adré, que j’admire tant !

  2. Doña Juana dit :

    Merci ma chérie , de vouloir sauver « ma date  » , maintenant on a basculé au lendemain , je souhaite à papa de faire de beaux rêves dans son dernier sommeil , avant que tout s’arrête .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s