Vrac

La vie d’urgentiste, ça vous fait rêver ? Y’a de quoi. Ce soir, puisque j’ai rien d’autre à glander il est trop tôt pour regarder une série, je vais vous raconter ma journée. Accrochez-vous, y’a du sensationnel.

13h11. Encore un coup à regretter de ne pas avoir de sonde urinaire à demeure. Lascive, je dormais. C’te saleté de vessie m’a réveillée.

13h30. Je suis retournée au chaud sous la couette, manière de ne pas brutalement abandonner le chat qui ronronne toujours au pied du lit. Ma poucinette est venue me faire un câlin en m’apportant un thé. [Je vous avais prévenu qu’y’aurait du sensationnel, j’ai pas menti.]

13h45. Un thé + un café plus tard, je vais me doucher. C’est le drame du voisin d’en face : quand il fait mauvais, je ne traîne pas toute la journée nue, because ça caille. Double peine : pas de soleil au zénith, pas de lune à l’horizon.

15h. Par le truchement d’un vide spatiotemporel surtout temporel, je sais pas ce que j’ai fabriqué entre temps ; enfin toujours est-il que je suis fin prête pour opérer. Nous y voilà. N’étant pas compétente, je taille à l’aveugle, sans trop savoir ce que je coupe ni c’est bien de le faire. Qu’importe.

17h. Une saleté d’association d’idées me rappelle que c’est la fête du travail => travail au sens obstétrical => souvenons nous dans la joie que jamais plus je n’aurai de gamins et qu’à 30 et quelques piges je peux déjà tirer un trait définitif sur la maternité, et ce alors que je crève d’envie d’avoir un enfant. Super.

17h30. C’est pas une raison pour laisser l’esclave buller. La machine à laver, j’entends. Y’a pas de 1er mai qui tienne.

18h. Mon assistant m’assiste. Sur le canapé. Le chat. L’heure de constater que Milie, Armance et plein d’autres ont blogué. Qu’ils ne s’attendent pas à ce que j’écrive quoi que ce soit today.

19h30. Encore un coup du vide temporel. Et v’là ti pas que je porte secours à un malheureux bout de fromage accompagné de pain aux olives.

19h45. Une fois de plus, tout s’explique. Le moral remonte à mesure que l’estomac se remplit. Magique. Jardiner au lieu de manger, grave erreur.

20h. J’ai strictement rien à bloguer, enfin si mais j’ai pas le temps, mais rien ne m’empêche d’infliger à l’internaute un récit de ma journée.

Un jour, peut-être, je prendrai des notes pendant une journée de boulot, pour vous la délivrer d’un bloc, genre feuilleton.

[P.S. Un gros bisou à mes 6 IRL parisiennes !]

Advertisements
Cet article a été publié dans Bibiland. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Vrac

  1. Doña Juana dit :

    Oui , avoir le ventre vide expose au blues ! D’ailleurs , le pot de Nutella m’appelle , je me sens tristounette…

  2. Ping : Christian Delhay, Ophtalmologiste | Vrac

  3. Ping : Vrac | Jeunes Médecins et Médecin...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s