Jeux interdits

Malgré d’innombrables cheveux blancs, bien qu’ayant connu l’époque du débit à 56 K qui coupe toutes les 5 minutes, même si je n’ai pas toujours pu profiter des immenses avancées technologiques que sont le vibromasseur, le GPS & le tamagotchi, je reste jeune. Et par conséquent joueuse.

Ça tombe bien, grâce à un ami, ô joie, j’ai découvert un nouveau punching-ball jeu. Le [roulements de tambour] «Régulateur virtuel». FA-BU-LEUX. En plus c’est gratuit et on peut faire autant de parties que souhaité sans avoir à bassement quémander des vies à d’autres utilisateurs. Cette merveille n’a que quelques jours, je viens de la débusquer par le truchement d’une amitié non virtuelle, et déjà, j’adore.

Alors, en direct, je teste pour vous, bloguant au fur et à mesure.  Endossant tour à tour plusieurs profils cliniques et pathologies, je me prête au jeu sans rentrer dans la fourberie à laquelle s’adonnent pourtant les vrais requérants du 15 : non, que du typique, pas de piège sémiologique. Dans un domaine que je connais, hein, because perso, la gonalgie chronique : 1) j’y pompe rien ; 2) si ce régulateur virtuel se plante, je m’en tamponne. Jouons urgence vitale. Ça, je connais. Je suis médecin (bah oui, c’est triste mais c’est comme ça), urgentiste, adepte de l’urgence de-la-mort-qui-tue. Et même que je régule, régulièrement, le plus réglo possible, avec un rapport PAC/TAR inférieur à 0,5 [Procès Au Cul / Total des Appels Régulés].

Bien sûr on pourra polémiquer sur le fait que le mec qui a / est témoin d’une urgence vitale, il a autre chose à foutre que d’aller sur internet. Ce à quoi je répondrai que 1) Les geeks sont parmi nous ; 2) Si il faut, le type, il fait le 15 en même temps, mais vu que les délais pour que les appels au 15 soient décrochés excèdent dans certains centres 15, à certains pics horaires, les 8 minutes [et ça, c’est authentiquement dramatique mais la question de ce soir n’est pas de savoir pourquoi ni comment, épineuse question touchant notamment au budgétaire et donc au politique…], ben le gars pendant ce temps il a largement de quoi cliquer sur son régulateur virtuel de mes couilles ; 3) Si je me suis permis de tacler une interne qui imprudemment relativisait certaines urgences et temporisait la nécessité d’un avis médical sur son site pourvoyeur de conseils médicaux, il serait injuste de ne pas rentrer dans le lard de ce confrère algorithmique fraîchement trouvé.

  • 1er essai : L’infarctus

Et oui, vous l’aurez compris, c’est ayant testé cette première possibilité que je me saisi de mon clavier. Arf. Alors j’ai fait la douleur typique de chez typique, avec les signes qui entraînent chez moi comme chez 100 % de mes confrères régulateurs non-virtuels de l’aide médicale urgente le déclenchement d’une équipe d’urgence & de réanimation (un SMUR, en français) de façon sous corticale, même chez ceux qui régulent serré-serré. LA douleur tellement livresque que si j’ai la même au bout du fil et que toutes mes équipes sont déjà dehors, tant pis, j’envoie mon co-régulateur. Celle où si c’est moi qui part en SMUR et que mon oreille traînait en régul, je sors d’emblée le matos pour thrombolyser. J’ai pas fait les choses à moitié, pas de douleur bâtarde dans un contexte médical rassurant : en plus des caractéristiques de la douleur et des signes associés, je me suis octroyé les pires facteurs de risque de la Terre.

Ben le mec il m’a dit de voir un médecin dans les 3h. Que le toubib ait tout le matos nécessaire avec lui (genre appareil à ECG, scope pour détecter les troubles du rythme fréquents au brancardage, arsenal thérapeutique et matos de réa) et une équipe autour de lui (ouais parce que pour aller du diagnostic au brancardage en passant par l’administration des traitements urgents, plusieurs bras, ça aide) : c’est pas important. Du moment qu’il a de quoi signer un certificat de décès. 3h. Soit largement trop tard pour déboucher de la coronaire sans séquelles. Soit suffisamment pour que je puisse caner 250 000 fois avant.

  • 2e partie : l’arrêt cardiorespiratoire

Telle le phœnix, de mes cendres j’ai pu rejouer. Toute neuve, toute belle pour cette nouvelle aventure : la mort subite du quinquagénaire. J’ai dit être témoin d’un problème «de tout le corps» d’un homme inconscient. L’algorithme m’a alors proposé de cliquer parmi différentes cases dont «il ne bouge pas», «il ne réagit pas» et «il ne respire pas». Combo.

Et ben cet abruti, il a quand même voulu me poser quantité de questions pour savoir si le gars en arrêt avait vomi, avait d’autres symptômes (Mmmmm je me demande si il n’a pas aussi une sciatique ….), et quel était mon code postal. Ah oui, et aussi si j’avais un hôpital pas trop loin. WTF !?! Finalement, largement assez longtemps pour que le cerveau du patient soit foutu en l’absence de massage cardiaque, il me conseille de faire le 15. Car oui, il a identifié comme diagnostics «arrêt cardiaque» et «arrêt respiratoire», et même lui, il a l’air de trouver ça inquiétant. Dommage qu’il ne me dise pas d’entreprendre immédiatement le massage cardiaque tout en composant le 15 !

  • 3e tentative : L’hémorragie méningée qui pue du cul

Top ! Je suis jeune, je suis une femme, j’ai mal à la tête (depuis moins de deux jours puisqu’on me le demande), ça tape, c’est intense, la lumière me fait mal, j’ai gerbé, et je m’enfonce en somnolent ….

Ben si vous avez répondu que j’ai une hémorragie méningée qui pue de la malformation anévrismale pétée surtout qu’on sait pas si ma douleur est apparue de façon explosive ou progressive (la question n’ayant pas été posée, c’est con !) et que ma conscience s’amenuise très rapidement … Vous ne pouvez pas devenir e-régulateur. Z’êtes trop parano. L’ordi, lui, il a dit que j’avais une simple migraine. Si je vois un toubib dans les 3h, le temps d’inonder mon cerveau de sang, ça lui va. T’façon un scanner et une neurochirurgie urgente à domicile, ça devrait le faire. L’ennui c’est que les critères fins qui orientent plutôt vers l’un ou l’autre de ces 2 diagnostics, et changent donc tout à la sauce, connait pas, e-mauvais-régulateur. On rejoue ?

  • 4e lancer de dés : La VNI et qu’ça saute

Cette fois-ci, je suis un homme de plus de 60 ans, j’ai fumé toute ma vie (mais malheureusement on ne me le demande pas) mais j’ai arrêté et donc n’ai pas coché la case correspondant à un tabagisme actif, j’ai une gêne respiratoire qui me donnerait à peine de quoi donner mon adresse à l’appel du SAMU, j’ai des sueurs et je suis agité, manque de chance : j’ai pas de miroir sous les yeux ce qui m’empêche de cocher la cyanose, et je ne sais pas trop dire si ça grésille ou si ça siffle dans ma respiration : bah oui, je n’expire tellement plus que ça ne fait pas des masses de bruit. Ah oui, et j’oubliais, je respire anormalement vite, et tout ça m’angoisse. Et comme je l’ai mentionné, j’ai un peu de gras au bide, histoire d’ajouter un peu d’insuffisance respiratoire restrictive à ma pathologie obstructive.

Dans la vraie vie le SMUR me collerait un masque de VNI sur le visage en 2 temps 3 mouvements. Une décompensation de BPCO qui s’agite en sueurs angoissé et qui peut quasiment pas parler, ça peut passer le cap avec une aide ventilatoire non-invasive. Et quand celle-ci échoue, le tube. Mon régulateur virtuel a toutefois l’air de penser que ça peut attendre un peu, puisque je dois voir un médecin de préférence dans l’heure, sinon dans les 3 heures. Nulle mention d’un appel au 15. D’ailleurs, selon lui, je fais soit un œdème du poumon (n’ayant coché aucune case susceptible d’orienter vers une cardiopathie, mais soit, ça peut), soit une crise de spasmophilie, soit une crise d’angoisse (si si, pour lui spasmo et angoisse ça mérite d’être distinct). Bon. Tant pis, alors ! Dans quelques minutes je serai franchement bleu, et peu après franchement mort. Game-over, play again !

  • 5e malchance : Le karma

Et oui, caner, ça rajeunit, c’est bien connu. Avec toutes les merdes que j’ai eu dans mes vies antérieures, cette fois-ci, j’ai 18 mois et je fais une invagination intestinale aiguë. J’ai une douleur par crises, je pleure, ma maman arrive pas à savoir si c’est tout le ventre ou pas mais déjà elle arrive à savoir que c’est le ventre ce qui est pas mal au vu de la pathologie, je suis asthénique, pale, et je bouffe plus. Ne m’en demandez pas plus, j’ai 18 mois, j’ai pas pu cocher les nombreuses cases proposant de préciser si oui ou merde j’avais des antécédents familiaux d’infarctus du myocarde et que sais-je encore de non contributif.

Honnêtement je pensais que le gentil régulateur virtuel allait proposer à mes geeks de parents de m’amener voir un médecin étant donné que j’ai dit qu’il y avait des médecins de garde H24 autour de chez moi, et même un hosto. Et non ! Le verdict est sans appel : «Auto-surveillance à domicile». Han han. Auto, comme soi-même ? Même pas de la surveillance par les parents / la nounou / l’ours en peluche / les télétubbies ? Remarquez, on peut confier à un marmot de 18 mois la surveillance clinique de sa pathologie, puisqu’on confie au dieu-internet le soin de faire mon métier.

Mon nouvel ami le régulateur virtuel, outre être la preuve que mes confrères se sont fait arnaquer par les informaticiens qui leur ont pondu le truc (désolée mais j’ai à 3 mètres de moi un type qui a un peu trop une expertise d’envergure internationale en intelligence artificielle pour laisser filer), est peut-être capable de délivrer de bons conseils quant à une pathologie chronique. Je sais pas, j’ai pas les compétences pour tester. Cela dit, de prime abord, ça m’étonnerait, sinon le premier péquin venu pourrait aussi. Mais pour l’urgence, faut le prendre sur le plan comique. Pas plus. Chagrinée je suis d’apprendre qu’un outil proche devrait être utilisé pour aider des infirmières d’accueil des urgences à procéder à un triage des patients. Personnellement, reconnaissant les limites de chacun, j’ai néanmoins bien plus confiance dans l’extraordinaire finesse clinique de l’humain, en sa formation qui ne saurait être résumée en piles de data, bref en une infirmière réelle qui pour longtemps encore défractera tout algorithme que ce soit en termes de compétences et de responsabilité professionnelle. Quant à la régulation, nombrilistement, je trouve hallucinant pour l’on puisse utiliser cette dénomination pour un programme aussi largement perfectible. Réguler est un métier, pas un jeu informatique. C’est pas de la psychorigidité que de penser le cerveau humain plus crédible à cette tache qu’un enchaînement de 0 et de 1.

Heureusement que comme les chats, j’ai 9 vies. Avec ces conneries, j’en ai déjà cramé 5.

Advertisements
Cet article, publié dans Coups de gueule, Régul, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Jeux interdits

  1. petitcervo dit :

    Comme l’a demandé une de mes amitiés virtuelles : »En partenariat avec Doctissimo ? »

  2. T - dit :

    Jai testé avec des urgences pas très urgentes. J’ai répondu de manière floue à certaines questions, comme pourraient le faire de vrais gens dans la vraie vie (il parait que c’est de la logique floue alors j’ai fait dans le flou artistique). Si cet outil est amené à être utilisé pour de vrai, ils auront forcément des cas atypiques, des réponses évasives.
    Je suis très perplexe sur le résultat. Bien sûr que je partais avec un a priori, mais j’aurai cru que ce site serait beaucoup plus prudent dans ses conseils, voire alarmiste. Qu’il ne donne pas un diagnostic clé en mains ok. Mais il pose tellement de questions, c’est quand même curieux.
    Et aucun de mes « patients » ne méritent d’être évalués par un médecin, ils doivent tous s’auto-surveiller à domicile ou consulter dans le mois !
    Alors peut être bien que ces patients peuvent attendre quelques heures de voir un médecin, mais ce genre de réponse ne peut que conforter dans le fait que ce n’est pas grave et donc pas la peine de consulter. Et dans les urgences vitales ou ressenties comme telles, les gens ne vont pas l’utiliser.
    Je trouve aussi très curieux l’idée d’utiliser le même système quand on est patient et quand on est paramédical pour le triage. C’est quand même pas la même chose.
    On passera sur la localisation sur le corps en cliquant qui est plus qu’approximative.
    Et là je regarde en bas de page s’il y a le HON code, et … bah oui ils l’ont, forcément. Quand je vois comment j’avais galéré pour l’avoir sous prétexte qu’il faut montrer patte/blouse blanche …

  3. Ping : Jeux interdits | Jeunes Médecins et M&ea...

  4. Gaby dit :

    Ca marche pô…
    Donc je m’autosurveille dans un miroir et je note entre deux suées à quelle heure je passe du cyan au schtroumpf pour faciliter le remplissage du certificat de décès que remplira mon médecin quand je le rencontrerai dans le mois, c’est ça ?

  5. Babeth dit :

    Je te sens légèrement en colère, là, non? (et sinon, l’équipe de SMUR qui arrive dare-dare sur un infarctus… pouet… tu connais mon expérience sur le sujet hein!) 😉

  6. Kat dit :

    Je viens d’aller jeter un coup d’œil au super régulateur virtuel et d’y rentrer successivement les symptômes d’œdème pulmonaire aigu de mon père (qui en est mort) et ceux, plus rares, qui fait hospitaliser mon fils d’urgence il y a deux mois (un PTAI). Résultat des courses : j’ai été ravie d’apprendre que le premier souffrait visiblement… d’asthme et le second de rubéole (alternative : rougeole). Les bras m’en tombent !
    Par parenthèse, j’avais testé au moment des faits les symptômes de mon fils sur sympto-check, qui avait visé dans le mille…

  7. Doña Juana dit :

    Quant à moi , je suis allée lire ce que disait ce bon e.toubib sur mon domaine d’expertise , c’est à dire l’arthrose . Eh bien , là aussi , le brushing le plus flapi reprend illico un coup de jeune . Idées reçues . Incompétence . Danger . Bon sang que ça m’énerve !!! Alors d’accord , dans ce domaine-là , la vie n’est pas mise en danger dans l’immédiat … Mais la qualité de vie , oui , et en raison des co-morbidités notamment , finalement l’espérance de vie diminue en l’absence d’une prise en charge correcte …

  8. Madame la doctoresse dit :

    J’ai essayé la phlébite du post partum, il a été plutôt bon en me conseillant de consulter dans la journée et de ne pas prendre appui. Par contre il a pris l’embolie pour une virose respiratoire. Puis je lui ai proposé le torticolis fébrile de l’enfant, ayant en tête l’angine compliquée et il m’a proposé comme diagnostic torticolis (et la fièvre il l’explique comment ?) et donner des ains. Paye ton abcès…

  9. Hervée dit :

    Huhu, pour mes symptômes de rhume qui traine un peu trop longtemps sur la gorge, il me propose comme unique cause probable (à probabilité faible tout de même) : le cancer de larynx 😀
    J’ai refait le test avec une autre zone, car oui le rhume c’est entre le thorax et la tête, là il me propose d’autres cause probables (dont toujours ce cancer) mais pas le rhume (pas rhyno quelque chose, le moins grave : bronchite chronique)
    … il a pas l’air plus fort pour le p’tit bobo que pour l’urgence vitale !

  10. Quentin dit :

    C’est drôle, ça m’a fait penser à ce site : http://allosymptome.fr

  11. asadoc dit :

    Testé pour vous : pyélonéphrite (très) probable (enfin quand y’a des frissons et une douleur du dos…) ; premier diagnostic : cystite, on n’est pas loin, mais du coup je suis un peu perplexe quant au conseil de « consulter un médecin dans les 3h ou aller aux urgences » (qui colle bien avec la pyélo cependant, ouf!)
    Un peu moins courant : syndrome post PL chez une femme qui vient d’accoucher, mal à la tête et des vertiges dès qu’elle se lève, et puis mal au ventre puisque c’était une césarienne, rien d’autre de particulier ; diag : hépatite A, surveillance à domicile. Je reste coite.

    Donc même pour les urgences pas hyper urgentes c’est moyen moyen ^^

  12. Les généralistes ont encore de beaux jours devant eux, à condition que la relation patient-médecin ne soit pas virtuelle.
    Par exemple un pneumothorax ( décollement du poumon) avec ce foutu site pourrait s’assimiler à une crise d’angoisse, je n’ose penser au malheureux patient qui aurai cliqué sur le site et qui aurait été faussement rassuré.

  13. docmamz dit :

    Alors là…
    J’ai simulé ma dernière consultation : insuffisance veineuse avec probable thrombose superficielle et on me répond… lupus.

    Voilà.
    Je n’ai rien à dire de plus.

  14. docmamz dit :

    Sans compter que dans mon profil inital on me demande je coche plus de 601 ans, puis on me demande si j’ai plus ou moins de 40 ans. Normal.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s