Milkshake au coing

Contrairement à ce que son nom laisserait volontiers présager, le cognassier n’est pas un arbre-à-connasses. Ni à connards, d’ailleurs. Connaissiez-vous le fruit du cognassier ? [Mouarf] Ou vous vous en cognez ? […] Pour ceux qu’un perfectionnement en botanique arboricole intéresse, le cognassier a co-voituré avec Aphrodite, fait écrire des conneries à Plutarque, et pas plus tard qu’aujourd’hui m’a occasionné joie et délectation tandis que je dégustais la gelée de coing de Tata. Tu parles d’une déchéance symbolique, pauvre arbuste. Enfin bref, le cognassier donne le coing, et le coing c’est jaune.

Mlle Pomodoro [Blindez vos références avant de me ramener une tomate dans cette histoire, méfiez-vous, j’ai Wikipédia sous les yeux] consulte aux Urgences un matin. Elle connait la chanson, Mlle Pomodoro. Lorsque son ventre est rond comme une pastèque, faut y’aller.

Cette patiente de 25 ans a une maladie à la mords-moi-le-cholédoque responsable d’une cirrhose. Chaque fois que son foie accuse une acutisation de sa pathologie, elle gonfle du bidon, faut ponctionner / compenser / rechercher et traiter la cause / etc.

L’équipe infirmière l’installe dans un box. Je vais la voir.

«♫ Hello mellow yellow ♫» est ma première pensée à sa vue. Je me présente, ferme la porte, entame la discussion. Elle découvre son ventre du drap qui camouflait l’énorme pastèque qu’elle semble avoir gobé. On dirait deux choses : d’une part, qu’elle s’est plongée intégralement dans la peinture jaune tant sa peau et ses conjonctives sont d’un jaune-coing soutenu ; d’autre part qu’elle va accoucher dans la minute, étant donné la taille de son ventre et sa forme (les épanchements ascitiques imitant très bien l’utérus gravide ; ce qui explique que des messieurs puissent avoir l’air d’en être au 8e mois).

Donc anamnèse : check, inspection : check, palpation : vite checkée aussi, percussion : check ; mmmmmm et si on passait à l’auscultation médiate. Je crois que mes globes oculaires ont fait un triple salto tandis que mes cheveux frisaient et défrisaient instantanément. Un souffle de rétrécissement aortique à faire prendre toute sa dimension à la description sémiologique livresque qui le veut «rude et râpeux». Ah ouaiiiiis, quand même. Râpeux. Ouch. Très râpeux.

Forte du semestre que je viens de passer en cardio, je m’enquiers de symptômes engendrés par cet abominable valvulopathie serrée-à-l’oreille. Rien. Ah. «Et à l’effort, vous n’êtes pas un peu essoufflée ???» pasqu’en plus d’avoir un foie au tapis, il doit pas éjecter des masses, votre ventricule gauche, au travers d’une porte quasi-close sur l’aorte. «Euh, si, ma foi, quand je fais le ménage à fond avec peu de temps pour ce faire, moui, je suis un peu fatiguée, sans plus.» Décidément faut que j’aille voir un cardiologue, me dis-je, écœurée. [Y’avait une promo sur les jeux de mots à la con, j’ai pris un lot, désolée.] Normalement avec un cœur comme ça et un foie comme ci, t’as du mal à atteindre la buanderie dans laquelle est rangé l’aspirateur.

On envoie un bilan. Je retourne vaquer à mes loisirs créatifs (plâtres et sutures), pendant que les tubes de sang de Mlle Pomodoro dansent la samba dans les automates du labo.

Quand soudain, surgit de nulle-part, le téléphone sonne. «Adré, spourtoi» dit l’infirmière en me tendant le combiné. «Ui allo c’est le labo» oh non me dites pas qu’ils vont encore me faire suer à me demander une justification pour un dosage de BNP, alors que ça fait 2 mois qu’il est établi que l’actuelle interne de cardio et moi sommes les seules internes habilitées à en signer la prescription sans sénior et que je m’accorde à dire que ça sert à rien mais bon si j’en signe c’est toujours parce qu’un chef aura décidé de faire un bilan chariot avec tous les dosages de la Création. «Ui c’est au sujet du bilan de Mlle Pomodoro». Arf. V’la ti pas qu’ils vont m’apprendre qu’elle fait péter le record de bilirubinémie de l’hosto.

«Y’a un souci. Elle a une hémoglobine à 3g.» J’ai même pas eu le temps de placer mon connassier «Bon écoutez vous êtes choupinous tout plein, mais vous allez prendre vos tubes et recontrôler. Bisous.» Dans la foulée, mon interlocutrice ajoute : «3g c’est le contrôle. Manuel. Le 3e contrôle. Les autres mesures donnent 3,1»Of course le reste du bilan permet d’exclure une erreur technique au cours du prélèvement.

Ô temps, suspends ton vol et viens m’expliquer comment cette nénette peut avoir une anémie à 3g, un rétrécissement aortique épouvantable, le foie responsable d’une jaunisse et d’une ascite magistrales, et n’être que modérément fatiguée à l’effort. [Alors que perso, faire le ménage, ça me fatigue avant même d’avoir commencé.]

Remarquez, la dernière fois que j’avais vu une hémoglobine revenir à 3g, le patient n’était pas essoufflé non plus. Le résultat était tombé post-mortem.

Moralité : Faire le ménage ça entretient [Bah oui fallait que j’écoule le stock, ça périme sinon.] ; et un coing peut cacher une pâleur laiteuse, y compris lorsqu’un vent rude et râpeux souffle dessus.

Publicités
Cet article, publié dans Souvenirs, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Milkshake au coing

  1. Doña Juana dit :

    Bon , demain mon chéri va faire des courses , je vais lui dresser une liste de produits d’entretien commâque , tout ce qu’il faut du sol au plafond , ça devrait nous assurer une pêche d’enfer !

  2. Ti'diable dit :

    La patiente s’en est sortie ??

  3. zigmund dit :

    oui c’est la question : on en sort de 3g d’Hb et un RA serré ?(on laisse le foie de côté provisoirement…),

  4. Ping : Milkshake au coing | Jeunes Médecins et ...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s