Plancton

Big up.

Quoi de plus réjouissant en effet, lorsque le moral oscille entre 6-pieds-sous-terre et le ras-des-pâquerettes, que de défracter la gueule à une odieuse connasse ?

Effet immédiat à tel point que ça ressemble à du dopage.

J’ai une amie qui m’est très précieuse. Globalement j’ai peu d’amis, normal : j’aime pas les gens je suis d’un naturel timide. Cette amie-là, elle fait partie des rares «inamovibles de mon cœur» [pour piquer l’expression à Môman, après tout tu m’as dit et répété que ce qui était à toi était à moi, hein ? Voilà, t’aurais pu t’en sortir plus mal, au final je te pique une expression].

Cette amie a traversé tant d’épreuves dans sa vie, et ce dès sa petite enfance, que je sais pas comment c’est humainement possible qu’elle soit là où elle est en ayant vécu ce qu’elle a vécu. Là, j’entends : ni morte, ni poly-droguée, ni conne. Cette amie a une curiosité, une intelligence, une disponibilité pour les autres, et une gnaque de vivre que j’admire. Vraiment.

Cette amie vit chichement. D’aucun pourrait penser à son look et à ses petits jobs qu’elle manque de consistance. Erreur.

Il se trouve qu’elle est victime de l’outrecuidance d’une sombre connasse. Du genre connasse s’estimant riche de-la-classe-moyenne, qui croit avoir tous les droits y compris le vol et le harcèlement (dommage, j’ai cru comprendre que le droit français ne disait pas tout à fait ça), qui pense pouvoir faire plier la petite nenette qu’incarne ma copine en faisant sa dame importante qui a le bras long (tout ça parce qu’elle connait 1 gendarme, 1 maire de village de moins de 200 âmes, et peut-être même un employé des PTT, c’est dire).

Erreur + erreur + erreur + erreur + erreur + erreur = ERREURS !

Pas plus qu’il ne faut se permettre d’infecter MON enfant, il n’est pas possible de s’en prendre à mon amie sans passer le restant de ses jours chez son dentiste. Ah non.

Parce que son pognon, la grognasse, elle peut se le carrer dans l’orifice naturel de son choix ; moi aussi j’en gagne et croyez-moi, la tune, ça ne me fait pas peur. Ça fait trembler les magnifiques-vêtements-je-les-veux-je-les-veux qui croisent mon regard, ça oui. Le fric ne fait pas le bonheur bien qu’il aide sérieusement à faire les commissions, mais une chose est sûre : il n’est pas corrélé à la valeur de la personne qui le détient.

Sa conception de ce qui est permis de faire, à cette putaragne [croyez bien que c’est à la racine «aragne» à rapprocher du mot «araignée» que «putaragne» doit sa connotation beurk ; j’ai en effet le plus grand respect pour les filles de joie ; mais les araignées beurk beurk], ça s’appelle la Loi du plus fort. 2 soucis. Le premier, c’est que c’est pas ça, la loi, en France. Le second, c’est que quand on veut jouer au plus fort, et ben pour gagner, mieux vaut s’assurer qu’on est effectivement le plus fort, avant de prendre des risques. Dura lex, sed lex. Mucho grasso lex et dura aïe aïe aïe lex est.

La longueur de son bras … Comment dire ? C’est à se demander si sa mère a pas bouffé des tonnes de thalidomide. Le bras long. Ça me fait pouffer de rire à chaque fois que j’y pense, ça. Mme GrosseKhône croit avoir le bras long et brandit ce membre comme une menace à ma cops. Mouarf. J’ai eu le détail de qui y’avait au bout du bras. Crise de rire. Euh, non mais madame, c’est pas ça un bras. Ça, c’est un petit orteil de nain, et encore, seulement pendant sa période embryonnaire. Moi, madame, j’ai pas le bras long, j’ai pas de «relations», j’ai juste des amis. Dont certains sont hauts magistrats, notamment. Et franchement je suis pas du genre à y avoir recours, parce que j’ai pas besoin de connaitre quelqu’un à mes yeux «haut placé» (Et allez ! Encore un fou rire en repensant à son maire de hameau ! Ah non mais celle-là elle est quand même très bonne) pour savoir que contrevenir outrageusement à la loi en tentant d’abuser de «petites gens», c’est nul.

Enfin, je n’ai que 2 mots à dire à la truie qui s’est cru les ailes de s’en prendre à mon amie. Merci, et adieu.

Merci. Vraiment. J’allais pas fort, et là hop : j’ai la patate. Magique. C’est hypra-cool de faire don de son ossature et de sa dentition pour me remonter le moral en me servant de punching-ball.

Adieu. Bah oui, un cadeau tout bien joli, ça ne se refuse pas. C’est mal poli de cracher sur une offrande pareille. Ma maman elle m’a toujours appris que quand on est une gentille fifille bien élevée, on ne dédaigne pas un présent. [Présent => Adieu => Jeu de mots à la con. Désolée.]

Un bouc émissaire ! Putain mais c’est un des plus beaux cadeaux qu’on m’ait jamais fait.

Donc, demain, je suis dispo, la vie est merveilleuse tellement ça tombe trop bien, j’y vais.

Je vais aller parler à la madame.

Raaah j’en trépigne ! Ça me réjouit, un truc que vous pouvez pas imaginer. Ça va saigner. Ça va charcler. Ça va faire kaï-kaï-kaï et tout un tas de bruitages de films.

Elle a voulu nuire à ma copine ? Mouahahahahahahah.

Je vais l’atomiser. Lui souffler dans les bronches à tel point qu’il faudra exsuffler le pneumothorax que le barotraumatisme aura provoqué (vous inquiétez pas, j’ai toujours un long cath gris sur moi ; je ne me priverais pas d’un tel plaisir). Je vais la réduire en cendres sans passer par la case incinération (quoi que c’est tentant … et puis ma colère est tellement brûlante qu’une combustion de la dame ne serait pas si spontanée que ça). C’est con qu’on soit pas à Bordeaux parce que la bouillie qui va en rester aurait eu une jolie couleur bleue, une fois mélangée à de l’eau, et aurait eu des vertus anti-cryptogamiques. L’anéantir. Ça va être Massacre à la Tronçonneuse, sans tronçonneuse, mais avec le bruit de la tronçonneuse.

C’est les baleines qui vont être contentes.

Parce que je vais pas en faire des tranches, des rondelles, ni des lamelles. Non.

Je vais en faire du plancton.

Advertisements
Cet article a été publié dans Coups de gueule. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Plancton

  1. Cossino dit :

    J’ai cru lire du Audiard dans les Tontons Flingueurs :  » Je vais lui montrer qui c’est Raoul. Aux quatre coins de Paris qu’on va le retrouver, éparpillé par petits bouts, façon Puzzle »

  2. DocNaugrim dit :

    Des évènements terribles s’annoncent : feux et massacres !
    La lance sera secouée, le bouclier volera en éclat,
    Une journée de l’épée, une journée rouge, avant que le soleil ne se lève !

  3. asadoc dit :

    C’est chouette de te revoir avec un si beau punch 🙂 profite bien de ce déglingage en règle!

  4. Aude dit :

    « Moi, quand on m’en fait trop, j’correctionne plus. J’dynamite, j’disperse, j’ventile… »
    Pour les 50 ans (fin novembre) de la sortie des « Tontons flingueurs », voilà une bien jolie façon de rendre hommage à Audiard et Lautner :0)

  5. littherapeute dit :

    La chute est juste … géniale ! Quel dynamisme !

  6. jean-pierre dit :

    et comment qu’on voie que c’est une khonne? Parce que les cons sa osent tout , c’est à ça qu’on les reconnait

  7. cypher7th dit :

    Et comment se porte la défunte ?

    En ce temps de Toussaint, je goûte cette magnifique verve, cette colère saine… quand ego et ergot ne font qu’un.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s