Hélice, Alice, délices

J’aurais préféré de l’eau. Ou des souris.

Ma vie, mon oeuvre. Etant donné que ces derniers temps je vous ai beaucoup raconté mon oeuvre, que je vous ai exposé mon point de vue sans autorisation préalable (ceci dit ça reste mon blog dont je fais que-c’que-j’veux, d’abord), pour vous changer les idées, je vais être un peu plus autobiographique ce soir. Avec de vrais morceaux de zoologie dedans.

J’ai trouvé de quoi occuper mon weekend. D’habitude [3 weekends sur 4 ça constitue une habitude, n’est-ce pas ?] je décroche des appels urgents et je signe des certificats de décès à tour de bras sauve des vies, le weekend. Et là, v’là ti pas qu’hier soir, je m’aperçois que j’ai ce samedi ET ce dimanche de libre. Vous imaginez mon désarroi.

Heureusement il y a Findus une découverte a résolu l’abyssale question de quoi-faire-pendant-deux-jours-en-famille. La gamine s’est gratté l’occiput.

Des poux.

Des poux sur la chevelure de MON enfant, c’est à dire sur une myriade de splendides éléments fins comme une chance de récupérer un arrêt à 30 min d’un SMUR, blonds-châtains.

Bordayl de groumpf scatologique.

Enfant, j’avais une tête à poux. Et des cheveux d’une extrême finesse, si bien que le peigne à poux n’a toujours été qu’une vaste blague parce que je vois pas comment ça pourrait enlever quelque parasite que ce soit cette fumisterie, étant donné qu’entre 2 dents des plus étroitement agencés, t’en mets au moins une dizaine, de mes cheveux ! Donc ma mère se coltinait l’épouillage manuel lente par lente, parallèlement aux traitements insecticides d’usage à l’époque dont la neurotoxicité a laissé comme vous pouvez en convenir, quelques séquelles.

Il semblerait que j’ai hérité de ma mère une haine démesurée de ces ectoparasites de m….. ainsi que des yeux bioniques me permettant de les repérer aisément.

J’ai entamé une brillante carrière d’épouilleuse avec la gamine de mon ex-amoureux, qui avait 6 ans à l’époque où je l’ai connue, une mère manifestement aveugle et une magnifique crinière. Longues et nombreuses furent les soirées d’hiver où je lui otais du bout des ongles ces affreuses promesses encapsulées d’une infestation toujours plus abondante. Mais enfin au moins elle avait les cheveux épais, la gamine.

J’ai maudit jusqu’à encore très récemment la mère d’Ado-Rée, fille aînée de mon actuel chéri, pour me la refourguer comme une fleur le vendredi soir avec d’innombrables bestioles grouillant sur son crâne, m’obligeant à payer de ma poche avec mes salaires d’externe puis d’interne les traitements qu’elle ne m’a jamais jamais proposé de rembourser (ne parlons pas des heures passées à enlever les monstres du scalp de SA gamine, y compris toutes les fois où la rechute précoce était de toute évidence liée à l’oubli de sa part d’effectuer le traitement à 8 jours dont je lui avais fourni le flacon). Mais enfin au moins elle avait les cheveux épais, la gamine.

Oh et puis il va de soi qu’elles vous adorent, les gosses des autres, quand vous les contraignez à rester sans bouger tout en leur tirant sur les cheveux.

Pauvres gosses. Passons.

Mais voilà. Ma fille, qui était passée au travers de la contamination tant redoutée lors des invasions capillaires de sa grande sœur, a une copine dont la générosité ectoparasitaire n’a d’égal que la connerie myopie profonde de sa mère.

Une gosse aux cheveux courts (un petit carré), noirs, épais. A priori rien de plus facile. Une mère mièvre et dans le déni total du pou. C’est simple : la dernière fois que cette gosse est venue chez moi, elle portait des milliers de lentes ; à tel point que sur les tempes, ça en était presque joli, les chapelets blancs présents sur chacun de ses cheveux ébène. Presque.

L’interrogeant sur un prurit et sur la pratique de mesures d’éradication, l’enfant me répond qu’il s’agit de vieilles lentes mortes et qu’elle est indemne de toute faune active. J’inspecte. 5 minutes. Je pense avoir enlevé 50 lentes et j’ai arrêté les frais au 7e pou vivant chopé.

Ne m’étant pas senti capable de la diplomatie nécessaire pour annoncer la nouvelle à la mère de cette gamine, j’ai simulé la sieste au moment de l’arrivée de celle-ci et laissé l’homme s’en charger. Ouïr sa surprise sincère ou feinte m’a fait frémir.

J’ignore si c’est cette copine là ou une autre, ou des lutins. Dame pou a visité la tête de Petit Caillou, l’a trouvé fort à son aise, et a décidé de s’y installer. Tu m’étonnes Alfred [y’a personne qui s’appelle Alfred dans mon entourage mais là, j’ai envie de dire Alfred.] Ma progéniture a les cheveux très longs (bien 50 cm) et encore plus fins que les miens. Dame pou s’est cru en terrain conquis.

Ça va pas se passer comme ça.

Broyant sa patience, ruinant mon weekend, atomisant pour cause d’expédition punitive à la pharmacie ma chance de faire la grasse, j’exterminerai dès demain ces sales bestioles jusqu’à la dernière, les chassant jusque dans les derniers retranchements dorés de la tête de ma fille.

Armée de mon aversion profonde vis à vis de ces vermines exécrables, d’ongles acerbes et d’une vision bionique me permettant de les distinguer adultes ou œufs instantanément des cheveux enfantins qui-sont-strictement-de-la-même-couleur-bordayl, un à un je virerai les parasites en les faisant glisser sur des dizaines de centimètres en leur souhaitant de cramer éternellement en enfer.

Après avoir été moi-même, enfant, celle que ma mère épouillait, me voici telle l’arroseur arrosé dans un remake meurtrier d’ «Of mice and men» : «Of lice and men».

Je sais ce que je vais faire ce weekend.

J’aurais préféré de l’eau. Ou des souris.

Publicités
Cet article a été publié dans Bibiland. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Hélice, Alice, délices

  1. Fleur dit :

    ça, c’est un truc que j’ai appris à faire en « médicalisant » des colonies de vacances (souvenir, souvenir) MAIS je n’en ai aucune expérience personnelle, et ça me surprend toujours !! Y compris l’envie de se gratter la tête quand on vient d’épouiller consciencieusement les jeunes têtes contaminées et dépitées …

    • docadrenaline dit :

      C’est épouvantable.
      Instantané.
      J’ai l’impression de sentir des bestioles se balader sur ma tête alors qu’of course je ne ressentais rien d’anormal la minute précédent l’affreuse découverte.
      Il va de soi que j’ai prévu le grand ménage, lessive des draps et traitement préventif de bibi également.
      Quant à l’homme, je l’inspecte par principe mais il n’en chope jamais.
      Dame pou le trouve moins appétissant que moi, elle a tort mais ça m’arrange.

  2. Co dit :

    ARRRRRGH merci au pouvoir de contagion: je me gratte!!!
    Blague à part, ce qui me tue également c’est de me ruiner en produits et bombe aérosol pour voiture/canap…défaire les draps de TOUT le monde, les serviettes de toilette et j’en passe…Recommencer 8 jours après à tout refoutre à 60°, toussa pour que des connasses ne fasse pas le quart de la moitié de ce qu’il faudrait!!!
    Bref…bon courage!

  3. Babeth dit :

    J’ai une tête à poux, ma fille aussi. J’ai des cheveux (très) longs et fins, ma fille aussi. Mais tout espoir n’est pas perdu. J’ai pas d’actions chez eux mais le shampoing Pouxit est ultra efficace. C’est un truc gras, très gras, qui emprisonne les parasites : les poux meurent par asphyxie, c’est plus propre, et ça sauve ton week-end 🙂
    Bon courage!

  4. Cossino dit :

    J’ai découvert grâce à un confrère l’ IVERMECTINE
    http://sante-medecine.commentcamarche.net/faq/6338-poux-traitement
    Il semble que cela soit très efficace, sans effets indésirables ( j’ai regardé dans le Vidal et apparement rien) .
    Sauf que c’est hors AMM d’où les mises en garde d’usage.
    Je ne connaissais pas, peut être as tu plus d’expérience que moi ?

  5. Chech dit :

    Alors après ou avant selon la motivation l’epouillage, tu enfuit généreusement la tête de ta croé avec de l’huile ( n’importe laquelle, mais l’huile de vidange c pas top) et tu entoure les cheveux de film plastique alimentaire, ça fait un beau chapeau!!! Faut laisser ça un bon moment et après shampoing, normalement les parasites seront mort asphixiés, et si tu en a rajouté 3 gouttes d’HE de lavande, ils adorent!!! C moins toxique que les shampoings insecticides…. Que par ailleurs on interdit dans les champs mais pas sur la tête des gamins!! Enfin bref. Et la lavande mets en partout! Sous l’oreiller, dans les bonnets, patin-couffin! Ça les faits fuir! Bon WE! Moi je vais au taf! En me grattant la tête du coup! Foutue contagion pysse-kologique!

  6. bluerhap dit :

    Oui pour l’Ivermectine, « même » Prescrire ne lui trouve aucune toxicité, au moins dans le Ttt de la gale. Ceci dit, pour les poux, ça doit rester une seconde option, d’autant qu’il faut toujours rappeler tant les gens l’ignorent encore que les poux c’est moche, ça gratte, ça cause des stigmatisations à l’école, mais ça ne transmet AUCUNE MALADIE !
    Non pour consulter des sites comme « santé-médecine » : c’est pourri de pub, ça n’a pas de politique éditoriale claire … Il vaut mieux ne rien consulter que d’aller voir un site louche.

    • Cossino dit :

      Mea Culpa pour le lien sur un « site louche », je voulait juste illustrer. Il m’est par ailleurs impossible de mettre le lien de Prescrire car seul les abonnés peuvent le lire , donc moi je peux mais pas les autres !!!!

  7. EntreDeuxChaises dit :

    Merci pour cet articl! Ca me rappelle avec délice les étés o de retour de colonie de vacances j’avais systématiquement des poux, j’en ai même filé à mon arrière grand-mère une fois! Mes cheveux étaient bien épais mais bien frisés aussi, autant dire que le fameux peigne à poux ne risquait pas de réussir à traverser ma chevelure! Ma mère me shampooinait donc au vinaigre et autres produits de pharmacie puants…

  8. Galilea dit :

    L’huile essentielle, ça marche, c’est celle de lavandin super: en mélanger 3 gouttes au shampoing, frictionner énergiquement le cuir chevelu, laisser reposer 10 bonnes minutes avant de rincer (éviter en plein hiver si la chaudière est en panne!), peigner ensuite avec peigne fin imprégné de l’huile essentielle (la même, faut suivre, un peu!), le tout deux jours de suite: efficacité assurée!

  9. Zoralieaparis dit :

    Ma bichette adre, que l’oscar de la chérie de papa te soit décerné mention très bien option génocide parasitaire. Tu as toute ma reconnaissance d’enfant- d’ancien enfant.
    Ayant moi même une tête à poux mais vraiment ils en rafollent ! J’ai les cheveux hyper épais et j’en ai beaucoup. J’ai tout subi : vinaigre chaud, parapoux, Marie rose, peigne à poux. Rien n’était plus efficace que l’epouillage manuel de ma grand mère. Un jour, elle a arrête de compter quand il y avait 100 cadavres sur le bord du lavabo blanc, veille se départ en colo de poney, honte et larmes. Aujourd’hui sur mon ainé qui a les cheveux aussi épais que les miens : fini les produits qui coûtent un bras. Les Après shampoing très gras sont efficaces. Tu badigeonnes la tête de l’enfant et tu celophannes ladite tête pour la nuit. Ça fait déguisement d’extra terrestre. Mon grand ça le faisait marrer. Et le lendemain shampooing et peigne. Rebelote 8jours après. A accompagner obligatoirement du changement des draps de toute la maison mis en sac poubelle avant le passage à 90 en machine. Et passer l’aspirateur partout et jeter le sac après. C’est relou mais ça fonctionne.

  10. armance dit :

    Routarde du pou que j’élimine des petites têtes à chaque vacance, et qui reviennent à chaque période scolaire… J’en reste aux choses simples: après-shampooing en couche épaisse laissé en place au moins 5 minutes, rinçage, puis épouillage à la main ou au peigne. C’est très efficace jusqu’à la contamination suivante, quand l’école reprend…

  11. HE de lavandin à tous les étages, je tremble à chaque alerte mais jusque là ça fait 12 ans qu’on est peinards. Quoiqu’à te lire, ça me gratte soudain.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s