For u, Matt

Quoi ????? Laisser perdurer des croisements dans les maquettes de 3e cycle des futurs médecins généralistes & des futurs médecins urgentistes ? Pire, encore, les encourager ??? Autant mélanger les torchons & les serviettes, les carrés & les ronds, les liquides & les solides, voire même … les garçons & les filles. Horreur. C’est le MAAAAAL.

Seule ombre au tableau : I am the devil herself [private joke], et ce clivage frisant l’ostracisme «Ah ben oui mais vous comprenez, les généralistes, c’est pas des gens comme nous» «Ah ben oui mais vous comprenez, les urgentistes, c’est juste une autre planète» «Non mais pourquoi ces %#!$ d’urgentistes iraient prendre 6 mois de stage de médecine générale ambulatoire aux bons petits internes de médecine générale bien de chez nous ?» et autres «Sérieux ? Laisser des apprentis bouseux généralistes faire un semestre aux urgences ? Nan mais pour quoi faire ???», ces âneries entendues çà et là, ça ne me va pas.

Donc j’avais déjà mis les pieds dans le plat ici, et depuis les beaux parleurs des sociétés savantes de médecine d’urgence ont vaguement réussi à me convaincre de la nécessité de faire de celle-ci une spécialité à part entière (sans pour autant me donner foi en les effets magiques que cela pourrait avoir), néanmoins je reste persuadée qu’il faut conserver de la médecine générale dans les ingrédients dans la recette du 3e cycle pour faire sortir du four un urgentiste, et inversement. Et comme je me suis récemment exposée à passer une fois de plus pour une débile en revendiquant connaitre Matt Calafiore, président du SNEMG («Oui je le connais, bon sur internet mais je te jure c’est tout comme, on discute et tout ça, si si» et vas-y rame Adré), pour lui (oui je t’aime) [les sceptiques remarqueront que je le tutoie] [pitié mon gars, tu commentes ce billet juste pour montrer qu’on s’adresse la parole, merci], je vais étayer ma pensée.

[Pour ceux qui ne supportent pas les phrases interrompues de parenthèses et de crochets, la sortie, c’est ici]

La mode c’est : médecine générale = 1 spécialité ; médecine d’urgence = 1 spécialité ; médecine générale ≠ médecine d’urgence ; donc SURTOUT pas de communication entre les 2 filières universitaires. Surtout pas.

Oui mais….

La médecine générale et la médecine d’urgence sont des disciplines transversales, tout comme la réanimation. Cette caractéristique est fondamentale, et elles la partagent. On fait de l’homme, de la femme, du nouveau-né, de l’adulte, du vieux (des vieux), du psy, du cardio, du dermato, du dans-le-bide, du on-sait-pas-trop-d’où-ça-sort, du médical, du traumatique, etc. Je trouve assez regrettable que partageant cette transversalité, on soit pas foutus d’apprendre les uns des autres, et même qu’on fasse marche arrière histoire que nos brebis-internes respectives profitent de moins en moins de cette passerelle entre nos spécialités dans leur formation.

Et de même que je ne conçois pas devenir urgentiste sans être passé en cardio (pendant l’internat) [motifs cardiologiques = près de 40% des interventions SMUR], qu’il me parait inimaginable de faire moins de 6 mois en réa [enfin bon après, c’est à vous de voir, mais perso je suis plus à l’aise avec la tuyauterie, les catécholamines et les raisonnements qui vont avec …], désolée pour tous ceux que ça va faire hurler [et adieu à ma famille puisque dans ma propre discipline on va me lyncher], mais il m’est impensable de faire de la médecine d’urgence sans être passé par la case médecine générale. Ou en tous cas très dommageable [pitié, pas la lapidation !]. 30 % des passages aux urgences = de la médecine générale. Plus tous les appels au 15 qui en relèvent [= au taquet].

Car oui, réanimateurs, généralistes et urgentistes partagent une transversalité qui leur permet de voir au-delà de la pathologie d’organe, tous sexes et tous âges. Mais alors que grosso-modo, les réas ne voient que du «grave», urgentistes et généralistes voient du «grave» et du «non-grave». Simplement, pas dans les mêmes proportions. Cependant chaque partie a besoin de connaitre un minimum l’autre pour prendre en charge la proportion même minoritaire de patients qui en relèvent. Ça ne me parait pas normal qu’on puisse sortir diplômé en médecine générale en ayant jamais fait un massage cardiaque de sa vie (à part 1 fois pendant 2 minutes sur un mannequin, en 2e année de médecine), ça ne me parait pas normal non plus qu’on puisse renvoyer depuis la régulation un patient vers son médecin traitant en ayant jamais foutu le cul dans un cabinet de médecine générale.

Parce que dans la vraie vie, l’aigu et le chronique, le court-terme, le moyen-terme et le long-terme, sont des choses qui se téléscopent.

Et que si on ne fait que passer par le prisme de notre future spécialité lors de notre formation, cela, on l’oublie, et à partir de là, je vous le dis, on fait de la merde. Ça ne porte pas d’autre nom.

Et pourquoi pas se contenter de recoupements pendant le 2e cycle ???? Non mais sérieux ? C’est une plaisanterie ? Vous croyez vraiment que c’est pendant l’externat que se forgent les manières d’agir médicalement parlant ? Mais enfin l’externat c’est fait pour apprendre la médecine, dans le sens clinique. [En + les externes passent leur temps à bachoter le concours de l’internat] C’est pas quand on est externe qu’on arrive à tirer l’enseignement de la globalité d’une prise en charge. Qu’il s’agisse du suivi d’un patient atteint d’une maladie chronique en médecine générale ou d’une intervention SMUR pour infarctus. Chuis désolée, ils sont pas tous débiles les miens, d’externes, mais les grosses inters, ils arrivent à en retenir quelques points essentiels, et le reste, ils n’y pipent rien. Et c’est normal. Ils n’ont pas fini d’apprendre la sémiologie, la pathologie, ne parlons pas de la thérapeutique, et manquent de maturité. À leur place j’en pompais pas plus. Alors oui un stage en médecine générale et un stage en médecine d’urgence ça me parait essentiel, pendant le 2e cycle, et ce pour tous les étudiants ; mais pour tirer la substantifique moëlle de ce qu’il faut avoir appris en médecine d’urgence alors qu’on se destine à la médecine générale et de ce qu’il faut avoir saisi de la médecine générale quand on plonge dans la médecine d’urgence, il faut bien 6 mois, et il faut être en 3e cycle. Enfin perso, je crois pas être plus idiote qu’une autre, et je trouve que pour ma pratique de SAMU avec essentiellement du «grave», bah 6 mois de MG, c’est déjà pas énorme.

D’ailleurs nos disciplines elles ont tant en commun, et nos futurs confrères ils ont besoin de tellement de temps pour trouver leur voie, que j’en connais plein, des gars qui pensaient faire de la médecine d’urgence et qui se sont trouvés en médecine générale au cours de l’internat, au point de dire adieu à la médecine d’urgence. Et je connais des urgentistes pourtant fort branchés réa [dédicace à Yoda, mon dieu de la ventilation mécanique], qui un jour, sont partis faire de la médecine générale, ont un peu galéré éventuellement vu qu’ils en avaient fait que pendant leurs études, mais qui maintenant ne changeraient pour rien au monde tellement ils surkiffent leur métier. Si on ferme la possibilité de croiser les formations et donc les débouchés, ça va forcément faire des malheureux. Au moins tous ceux qui ont eu la chance de pouvoir changer d’avis. Croyez-moi, y’en a beaucoup, et parmi ceux-là, y’a pas que des cons.

Pourquoi faut imprégner jusqu’aux chaussettes l’odeur subtile du sang sur le bitume à nos futurs généralistes, et réprimer l’envie de faire NFS-chimie-iono ainsi que de biper Benton pour tous les patients pendant 6 mois de médecine générale ambulatoire des Carter en puissance ? Pour les former, pour leur ouvrir les portes de nos paradis [enfin les enfants, si vous voulez faire de l’hélico …], mais aussi et tout simplement POUR SE COMPRENDRE. Et savoir à qui on parle, et de quoi on parle. Et vu que ça concerne le patient, c’est bénéfique. Oui, mon chou MedGé de l’Ouest l’a tweeté tout à l’heure : sinon, «Tu peux pas reprocher aux réguls qu’ils fassent de la daube» ; ce à quoi j’ajouterais «idem dans l’autre sens».

Alors voilà, ce qu’on peut m’opposer, c’est qu’on ne vit pas dans un monde idéal. Y’a plein de facs en France où les externes ne passent pas en médecine générale. Ni au SAMU, du reste. C’est une sombre galère de trouver des terrains de stage pour les étudiants de 3e cycle, en particulier chez le praticien en médecine générale ambulatoire. À choisir, il vaut mieux que ça soient les futurs généralistes que les futurs urgentistes qui y passent. À choisir.

J’aime pas les choix-à-la-con. J’aime avoir le beurre, l’argent du beurre, et un rencard avec le crémier.

Personnellement j’ai eu le cul bordé de nouilles. Dans ma fac, tous les étudiants en 2e cycle ont un vrai stage en médecine générale, déjà [D’ailleurs ils veulent tous faire ça, après, alors ça suffit l’hémorragie, hein !]. Bon mais ça j’ai pas connu, je suis trop vieille. Non mais j’ai fait un super semestre de médecine générale ambulatoire pendant l’internat. Un semestre de cardio avec des lits d’USIC. Les urgences pédia au CHU, avec bien 60% de patients relevant de la médecine générale dedans. Le semestre aux urgences adulte, of course. Un semestre de gynéco-obstétrique vrai de vrai. Un semestre de médecine interne / gastro / infectio / cancéro / etc, affreux mais formateur. En post-internat j’ai fait le meilleur stage de réa au monde pour lequel je me prosterne encore aux pieds de DarkVador, mon mentor. Et du SAMU.

Comme quoi le monde idéal n’existe pas, cependant en bordant soigneusement son postérieur de nouilles il est possible d’avoir pas mal d’atouts dans sa formation.

Je suis urgentiste, diplômée, adhérant aux sociétés savantes nationales et internationales de la spécialité, et tout le tralala. Je suis diplômée de médecine générale également, mais croyez-moi, je ne me prétends pas généraliste. Cependant je suis vraiment ravie d’avoir pu apprendre un peu ce qu’est la médecine générale et ce qu’est le boulot d’un médecin généraliste. Je ne me conçois pas dans mon exercice de médecine d’urgence sans ça, pas plus que j’imagine ne pas avoir été solidement formée par Dark en réa, et pas plus que ne me parait possible de ne pas mettre de vraies graines de médecine de l’aigu dans le ciboulot d’un généraliste.

Bien sûr qu’il faut se battre pour la médecine générale. Pour. Pas contre, de mon petit point de vue d’urgentiste. Nous avons tant en commun, et tant à partager, que scinder totalement nos mondes dès l’internat me semble aussi artificiel que contre-productif.

Matt, MedGé de l’Ouest et tous les autres, pardonnez mon propos erratique. J’ai un rhume d’urgentiste.

Publicités
Cet article, publié dans Gourbi, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour For u, Matt

  1. Alors je le déclare publiquement : oui on se connaît, et même qu’on s’apprécie !
    Je comprends mieux ta position et j’avoue qu’à la lecture de tes arguments je la partage. Je voyais plutôt le stage ambulatoire comme une perte de temps pour les urgentiste simplement en me disant « les pauvres, je vais leur apprendre de la rhinopharyngite, ça va pas les exalter terriblement ». Mais c’est vrai que nous sommes complémentaires. Et si nous entretenions des passerelles entre nos professions ?
    Allez, je t’embrasse pour la peine ;o)

  2. docmamz dit :

    Alors que je suis en train de mourir de mon rhume de généraliste, vautrée sur mon canapé (bordel nos deux spécialités ne devraient pas AUTANT se recouper) moi je dis que je suis d’accord.

  3. farfadoc dit :

    Si j’avais eu un stage au SAMU (au moins externe!), je serais probablement moins flippée pendant mes gardes. J’ai pas beaucoup aimé mon stage aux urgences parce que c’est pas ma came, mais j’y ai appris beaucoup. Et quand j’envoie un patient aux urgences, je sais comment ça se passe là-bas. Et j’espère que quand les urgentistes renvoient un patient à domicile, ils savent comment ça se passe pour nous. Et qu’ils continueront de le savoir.
    Enfin bon, tout ça pour dire que je suis d’accord avec toi, na! Connaissons-nous et aimons-nous les uns les autres!

  4. baptoub dit :

    J’ai une idée ! 🙂 Mettons tous les stages dans un même pool. Mais genre pas que stages hospitaliers de MG et stages ambulatoires de MG. Tous les stages de toutes les spé. L’ARS préciserait bien pour quel DES/DESC ils sont agréés. Et chacun choisit selon son rang. Les futurs urgentistes pourraient faire de la MG et de la Réa. Les futurs MG de la pédia, des urg. Etc. 🙂

  5. medgedelouest dit :

    Je plussoie totalement ce que tu écris. Personnellement je suis pour que chaque spécialité ait son DES (ne serait-ce que pour la reconnaissance) mais oui, un urgentiste DOIT avoir fait un semestre de MG, et un généraliste DOIT avoir fait un semestre aux urgences. Il serait inimaginable que ce ne soit pas le cas! Nous passons notre temps à nous côtoyer par patients ou courriers interposés. J’en avait parlé ici d’ailleurs
    http://medgedelouest.wordpress.com/2012/09/17/agent-double/
    Et merci pour la dédicace darling, je vais pouvoir dire « je connais Adré! » 🙂

  6. Ping : Installation en médecine générale : sous réserve. | 1 bouffée matin et soir

  7. petitcervo dit :

    Moi je ne te connais pas, je te fais quand même du bisou, et au passage j’ai un stock de bonbons qui diminue à vue d’oeil. Donc dépêche toi de passer avant que je prononce l’arrêt.

    • docadrenaline dit :

      Toi tu sais parler aux Attila-des-boîtes-de-bonbecs.
      Je te fais signe quand c’est mon tour de sortir, et là hop tu fais le 15, tu dis que tu es fumeur diabétique hypertendu plein de cholestérol, que ton père et tes 2 frères sont morts à 40 ans d’un infarctus, et que là tu as comme un étau dans la poitrine qui irradie dans les bras et la mâchoire, et que t’es couvert de sueurs.
      La suite devrait couler assez facilement 😉

  8. Ping : [QCM] #PrivésDeMG c’est : (A)2 jours avant la veille du surlendemain d’après-demain? (B)Des lustres que ça nous pend au nez? (C)Les deux? | 1 bouffée matin et soir

  9. Babeth dit :

    Han, je peux dire que je te connais moi aussi??? Hein dis??? Bon ok c’est juste au téléphone mais quand même : J’AI LE 06 D’ADRÉ!!!!
    Rhaaaaa, comment j’peux me la péter maintenant! 🙂
    Euh, sinon, tout à fait d’accord avec toi… J’suis pas super concernée (quoique, si, quand même) mais bon, voilà, fallait que je le dise 🙂

  10. Ping : For u, Matt | Jeunes Médecins et M&eacut...

  11. Fleur dit :

    Super billet ! Il ne faut pas oublier que généraliste = omnipraticien, et que le MG « de base » pourrait aussi faire de la chirurgie (mais ça c’était avant le début des spécialisations…)

  12. Ping : #PrivésDeMG | La Crabahuteuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s