Vilaine

Connaissez-vous la VV, également appelée SVM [terme de spécialistes], FV pour les anglophones ???

Non, pour sûr, et je suis assez consternée par tant d’ignorance nosologique chez mes lecteurs. La VV (Vilaine Virose), ou SVM (Saloperie de Virose de Merde) que nos amis d’outre Manche/Atlantique/tombe désignent par FV pour Fucking Virus est pourtant célèbre pour être à l’origine d’un mal terrible et dont on parle trop peu : le rhume d’urgentiste.

[Et oui déjà dans la phrase précédente je parle de qqch de célèbre et de méconnu, ce qui manque de cohérence. Critique fort pertinente à laquelle je réponds : Screugneugneu.]

Le rhume d’urgentiste est une maladie extrêmement grave ; presque autant que la grippe d’homme, dont une description livresque est disponible ici.

À l’instar de la pyélonéphrite, le rhume d’urgentiste est responsable d’une rupture de la Barrière, ce qui en soit est déjà gravissime et psychiquement intolérable. [Je suppose que Critical Care regorge d’articles à ce sujet, mais là j’ai trop la flemme de chercher.]

Mais contrairement à la pyélo, le rhume d’urgentiste a cela d’affreux que seule sa victime éprouve son extrême sévérité, tandis que l’intégralité de ses confrères se foutent de sa gueule. Alors qu’avec une pyélo, au moins, l’urgentiste il sait qu’en exagérant un tout petit peu, il est crédible dans son agonie.

Non le rhume d’urgentiste, c’est CCMU 7 (au bas mot).

[Édifiant mais vrai : certains d’entre-vous ne savent pas ce que c’est CCMU. C’est une classification de gravité en médecine d’urgence. CCMU 1 = Tout va bien, vous et moi en somme. CCMU 5 = vachement-méga-grave qu’en gros va falloir immédiatement dégainer tout plein de matos / joujoux / ingéniosité / médocs de cheval, et encore c’est pas gagné.]

Vous avez bien lu, j’ai dit CCMU 7. 5 c’est le maximum, 6 ça me plaisait pas comme chiffre, et-puis-d’abord-c’est-manquer-de-tact-de-me-demander-de-me-justifier-vu-que-j’agonise, dont CCMU 7. Voilà.

Petit point de physiopathologie :

Ce qui fait la gravité spécifique du rhume d’urgentiste, c’est qu’il s’attaque au nez.

Le nez est un organe vital chez l’urgentiste. [Et là tout s’éclaire quant à mes prédispositions naturelles à ce métier, pour tous ceux qui m’ont déjà rencontrée.] Oui le nez de l’urgentiste c’est un peu comme les mains du chirurgien. [Viendez pas me dire qu’il faut pas du nez pour discriminer le grave du pas-grave au téléphone alors que tout le monde hurle dans le combiné, pour deviner le territoire coronaire s’infarcissant joyeusement rien qu’à la gueule du patient et avant tout tracé ECG, et pour dire que la nuit va être agitée en fonction de qui régule.]

Or par le truchement d’un tropisme particulier pour la muqueuse ORL de sa victime, la VV atteint le nez et provoque une production industrielle cataclysmique de morve [oui c’est gore la physiopath] qui fait la joie des vendeurs de mouchoirs, mais vous l’aurez compris, pas de l’urgentiste.

Alors certes, le rhume d’urgentiste guérit spontanément en quelques jours, comme tous les rhumes. Mais chez l’urgentiste, l’agonie est plus ressentie comme plus longue, car l’urgentiste n’a par définition aucune patience. La patience est en effet une caractéristique [notez bien que je n’emploie pas le terme de «qualité» qu’auraient usé les trop-philosophes-pour-avoir-le-droit-de-faire-mumuse-avec-un-défibrillateur] qui est contraire à la nature profonde de l’urgentiste.

De plus, le rhume d’urgentiste bien que détruisant le nez, ne terrasse pas suffisamment sa victime (contrairement à la grippe et à la pyélo) pour qu’elle n’ait pas conscience de sa propre agonie. Non dans le cas du rhume, le cerveau de l’urgentiste fonctionne encore. [Si si. Bon j’hésite à installer l’iOS 7 parce qu’il parait que ça tchuque au taquet la batterie, mais il fonctionne très bien.]

[Fin du cours de physiopath]

Donc, je me meurs.

Alors me direz-vous, comment se traite le rhume d’urgentiste ?

Bon, déjà, par l’achat compulsif de sacs à mains et autres articles de décoration inutiles sur internet. Pas en magasin, se déplacer ça réveille trop les myalgies de l’urgentiste. Une étude monocentrique pas-randomisée et pas-en-double-aveugle réalisée par moi-même ce jour même [oui, vous pouvez, à juste titre, frémir d’admiration pour une meuf qui est capable de vous citer des études cliniques tellement récentes et révolutionnaires que le comité éditorial du New England va se mordre les doigts de s’être fait couper l’herbe sous le pied, et ce alors même qu’elle est à l’article de la mort-par-le-nez] a démontré de façon très significative une corrélation entre achat compulsif et amélioration substantielle bien que transitoire de l’état clinique pourtant précaire des urgentistes enrhubés.

Ensuite, y’a l’alcool. L’hypothèse pharmacologique est que ça désinfecte la cavité orale, tout en augmentant la sécrétion de connerie par le cerveau [pas celui avec un écran tactile, l’autre].

Enfin, en dernier recours, y’a le travail. Ça tombe bien, demain je bosse. Et après-demain aussi pendant-24-heures-youplaboum. Les mécanismes sont multiples. Premièrement, la restauration de la Barrière qui se fait automatiquement en voyant de vrais-malades-très-malades-voire-morts et hop, la VV réalise qu’elle a osé s’en prendre à un professionnel de santé [ce qui est strictement interdit par la Convention de Pasteur], et elle se fait toute petite par peur des représailles. D’autre part, la joie de la propagation épidémique de la virose améliore le moral de l’urgentiste qui sait qu’il pourra bien se marrer à son tour quand il verra tous ses collègues enrhumés. Enfin, le travail implique une rémunération, et le pognon permet de céder à des achats compulsifs dont l’efficacité anti-rhubique a été étayée plus haut.

[Par contre, le premier qui me fait dire que «le travail c’est la santé», je l’intube au gravier. Que les choses soient claires.]

Comme je le répète à mes proches toutes les 3 minutes depuis hier, je meurs. Qui plus est, dans d’atroces souffrances narinesques. Sans compter les myalgies, la patraquerie intestinale, le casque-au-crâne-sans-casque, les lèvres sèches à force de respirer la bouche ouverte et les ulcérations corinthiennes péri-narinaires à force de me moucher.

Je me meurs.

Heureusement, demain, j’ai des vies à sauver.

Publicités
Cet article, publié dans Bibiland, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Vilaine

  1. Doña Juana dit :

    Ben alors , tu aurais pu appeler ta baban pour te plaindre ,quand même !

  2. Zorrette dit :

    En pleine VV pendant une nuit aux Urg… Pas d’amélioration significative… What the F***

  3. Françoise dit :

    C’est vrai que, dit comme ça, ça a l’air ‘achement grave… N’empêche, au risque de te décevoir, je me vois dans l’obligation de t’asséner une pathologie autrement plus dévastatrice : le rhume-sans-aucun-symptôme-chez-mon-homme. Ah, ça t’en bouche un coin (de narine) ça ma belle ?… Et pourtant c’est la triste, – que dis-je ? – l’horrible-épfouvantable-terrifiboustouflante réalité. Monhommeàmoi, il est parfois (souvent) atteint par ce virus très particulier et c’est très très grave. D’autant plus grave que sa conne de docteur de femmeàlui est totalement infichue de traiter l’horrible chose sous le prétexte fallacieux que, je cite : « t’as pas de symptôme, qu’est ce que tu veux que j’y fasse ? » Vous reconnaîtrez que, pour une professionnelle de la profession, c’est vraiment très nul comme réponse, ça prouve bien qu’elle y connaît rien et qu’on peut crever z’en ont rien a foutre ces toubibsàlacon….
    Ceci dit, j’ai quand même fait une revue de la littérature sur le sujet… Et il semblerait qu’il existe d’autres cas. Tous chez l’homme. J’ose donc émette l’hypothèse qu’il s’agit d’un virus génétiquement transmissible accroché au chromosome Y… La bonne nouvelle, c’est qu’il n’est donc pas contagieux pour la population XX… Nous on a droit à l’autre : celui avec tous les symptômes que tu décris… Mais qui n’est pas grave du tout en tout cas pas assez pour ne pas aller bosser !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s