Graviton de nuit

C’est la nuit. Il fait noir et froid, parce qu’en plus d’être la nuit c’est l’automne. [Waaaah enfin un blog qui allie médecine et météo ! Il était temps !] [Démon de la Connerie : En forme].

Or, la nuit,

[Si vous avez pensé «Tous les chats sont gris», tapez 1. Si vous avez pensé «Tous les caths sont gris», je vous aime. Si vous avez pensé «On dort» : visiblement vous êtes égarés. Si vous avez pensé «On aimerait bien dormir», tapez l’individu qui ronfle à vos côtés.]

Donc, or, la nuit. Voilà.

Cette fraîche nuit d’automne, Zojfgmlndf Gpjùpihghqeùo, frêle demoiselle de 19 ans, décide d’effectuer le grand plongeon. Sans eau. Du 5e étage. À 3h du mat. [Bon ça fait beaucoup de chiffres, et avec les lettres je ne réponds plus de rien. Vais me servir un verre de vin.]

Sa famille alerte les secours après avoir découvert cet envol réussi mais cet atterrissage raté. Soit 35 minutes après l’imitation de l’hirondelle-sans-ailes. Départ police, pompiers, SMUR, EDF.

Quand on part pour une défenestration, j’ai coutume de prévenir les externes. «Un défenestré du 5e [ou +] étage est un mort. Ou un polytraum.» Sauf que d’habitude, ce sont des morts.

Quand j’arrive, j’aperçois les pompiers en train de brancarder Zojfgmlndf sur un plan dur, en vrac. Ils enjambent traversent les buissons avant de l’installer dans le VSAB. Bon, on dira rien alors. Posons le plan dur.

OMG. OMFG.

Bon alors bien sûr elle est inconsciente aréactive à la douleur, hypotherme, hypotendue, tachycarde, avec une sat pourrie. Bien sûr. Mais le dos. La colonne. OMG.

Elle est couchée sur le plan dur, sur son côté droit, et sous mes yeux son dos décrit une courbe … En Z. Pas en S. En Z.

On-la-scope-on-la-perfuse-on-la-remplit-plein-pot-et-on-l’oxygène.

Je l’examine. Défaillance complète du trépied vital, et sur le plan lésionnel crane sans déformation, rachis OMG OMG OMG, pneumothorax bilatéral qui passe au stétho, bide chelou, bassin ça va, membres ça pourrait être pire. Sur le plan chiffres : glasgow 3, fréquence cardiaque 135, tension 6/4, hémoglobine 12-et-moi-chuis-Blanche-Neige (cela dit, vu la pâleur de la patiente, c’est plutôt elle), fréquence respi 32 superficielle et graillonnante (+ l’emphysème miam), sat 84 %, température pas bezef. Glycémie je sais plus.

Bon … Mais là, voyez, pourtant d’ordinaire j’adore ça, mais j’ai pas trop envie de lui mettre un tube. On est à 5 minutes d’un déchocage montre en main, t’façon va falloir la pré-oxygéner à bloc ; la remplir larga manu voire la mettre sous noradré si on veut pas définitivement la plier sur le plan hémodynamique en y mettant un tuyau, les pressions et le pneumo bilatéral je vous en parle pas, et puis le dos OMG OMG. Je vais pas la mettre sur le dos pour l’intuber. Et là, l’intubation au piolet en vrac du mauvais côté du brancard, euh … Ça me tente pas des masses.

J’appelle la régul. Ma Lionne. Oui, je suis un peu maffrée, comme tu dis. Miaouuuuu. Surtout quand tu me régules. On fait une belle équipe de chats noirs.

Le temps qu’elle décroche, y’a 2 caths gris qui débitent [si vous avez pensé «en tranches», vous avez vos chances pour réussir en fac de médecine] un remplissage crayon [et non encre de Chine], de l’oxygène, du chauffage … Et l’organisme de Zojfgmlndf commence à remonter la pente. Sat 93 %, fréquence cardiaque 110, tension 10/7. Elle s’accroche.

Je passe mon bilan à ma Lionne, et lui explique le pourquoi du comment le tube j’ai pas trop trop envie mais que bon je veux bien son avis. Elle acquiesce sur le fait qu’au déchoc sous fibro ça sera ptêt mieux, et qu’on y sera vite. Me demande le nom de la patiente. J’attrape la fiche des pompiers. C’est écrit tout petit, et puis c’est pas commun, comme nom. J’épèle lentement en commençant par le prénom. Z, o, j, f, … J’arrive au patronyme. C’est écrit très petit. Je galère.

Et là, une voix me souffle la suite.

Je me retourne. Non. C’est elle. J’hallucine. Un remplissage et un peu d’oxygène, et son cerveau émerge assez pour qu’elle m’épèle son nom.

Je me mets à crier en mode hystérique au bout du fil, heureusement la Lionne a l’habitude. Et puis j’ai une idée. Demande à ma régul d’attendre.

J’effleure le mollet de la patiente, qui ne me voit pas (elle est couchée sur son flanc droit, et je suis à sa gauche), et lui dis «Qu’est-ce que je fais, là, mademoiselle ?».

Et là cette jeune fille qui est juste pétée de partout avec 2 angulations rachidiennes monstrueuses me dit : «Vous me touchez la jambe droite.» Elle arrive même à bouger tous ses orteils. OMG OMG.

Je reprends le téléphone. «ET JE VEUX UN NEUROCHIRURGIEN À L’ARRIVÉE !!!!!» en hurlant comme si j’avais rencontré la bête du Gévaudan en train de se mettre du vernis à ongle rose à paillettes.

Le temps de rouler, cette jeune fille qui était passée par toutes les étapes de la dépression sévère avec moult tentatives de suicide (mais dont c’était la plus corsée, de loin), nous a manifesté toute sa gratitude avec dans la voix une énergie de vie comme rarement j’en ai entendu.

Le neurochirurgien à l’arrivée n’a pas chômé. Sur l’imagerie on voit très bien le rachis complètement disloqué et la moelle qui décrit des courbes sans jamais se rompre. Le thoracique et le viscéral, ainsi que l’ortho, ne se sont pas ennuyé non plus. Pneumothorax bilatéral avec petite lame de sang, hémopéritoine sur fracture du foie et section d’un organe creux intra-abdominal, multiples fractures …

J’en ai conclu que les gravitons de nuit étaient moins gaillards que les gravitons de jour. J’espère que parmi mes lecteurs, y’en a un qui s’y connait assez en physique quantique pour me l’expliquer. Parce que d’habitude, du 5e étage sur du béton (les buissons étaient juste là pour compliquer l’accès à la patiente mais n’ont en rien interféré avec sa trajectoire aérienne), ils sont pas bien en canne. Z’ont plus mal aux dents, comme disait ma grand-mère.

Un défenestré du 5e étage est un mort. Ou pas.

Publicités
Cet article, publié dans SMUR, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Graviton de nuit

  1. cypher7th dit :

    Je suis très impressionné par l’histoire, par le ton.
    Je pense qu’en terme de rééducation, on aura plus vite fais d’apprendre à marcher au platre… 😉

  2. zigmund dit :

    ton texte me fait penser à ces manèges de foire chenilles où ça commence relativement cool routine prévisible puis ça s’accélère genre « laissez moi mourir » et finalement retour à la vie avec une colonne en Z…impressionnant bien sûr (surtout la chute si je peux m’autoriser ce jeu de mots )

  3. Ping : Graviton de nuit | Jeunes Médecins et M&...

  4. Casaubon dit :

    Je lis votre blog en mode détaché, surtout-ne-pas-s’identifier-au-malade-ni-au-médecin, gardons-la-tête-froide, restons-en-au-style, mais-comment-fait-elle-pour-vivre-et-écrire-tout-cela-avec-seulement-24h-par-jour, est-ce-que-les-exemples-de-bonne-décision-prises-avec-seulement-la-moitié-des-éléments-sont-des-exemples-de-bon-raisonnement-transposables-dans-d’autres-domaines-et-circonstances-? .

    Mais là, le coup du «Vous me touchez la jambe droite.» avec une colonne en Z : frissons.
    D’un seul coup le monde est beau et pas complètement foutu d’avance.

    Et je lui souhaite toute son « énergie de vie comme rarement j’en ai entendu » pour son futur abonnement pluri-annuel avec carte de fidélité gold-platinium à la reeduc.

  5. Aluthiel dit :

    Wahou.. Punaise.. Euh.. ca laisse un peu sans voix ce genre d’histoire !
    Finalement, le plus dur dans la chute, c’est bien l’atterrissage…
    J’imagine qu’elle est tout de même partie pour de long mois de rééduc en tout genre, mais ca sera une sacré survivante..
    Parfois la vie s’accroche là où on l’attend le moins…..

  6. Casque Houille dit :

    Je n’aurai qu’un mot : WAOUH !

  7. Fleur dit :

    Comme quoi, quand ça n’est pas l’heure…

  8. Casque Houille dit :

    Eh oui , la Bête du Gevaudan met du vernis à griffes pailleté , quand elle va en ville !

  9. Giulia dit :

    Est-ce que tu as su si la jeune fille a pu récupérer l’usage de ses jambes ?

    Question accessoire, est-ce que la Lionne n’a pas eu le tympan trop explosé après tes hurlements ? 😉
    Parce que c’est quand même assez facile d’imaginer le niveau sonore de tes hurlements quand on lit cette histoire… 😉

  10. CChristine dit :

    C’est dingue comme tu racontes bien ! j’ai l’impression de t’entendre hurler au téléphone !

  11. Casaubon dit :

    Même les journaux en parlent :

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/clermont-ferrand-elle-chute-du-4eme-et-rentre-chez-elle-attendre-les-secours-31-01-2013-2528159.php

    Rappel pour les gens normaux :
    Continuez a être prudents. On peut se faire très mal en chutant de sa propre hauteur.

  12. Pagniez dit :

    Certaines personnes ont une énorme belle étoile au dessus de leurs tête.
    Sa me rappel une inter … Partis pour  » personne sous un train  » je passe le miracle … mais la personne la plus gravement touché dans l’histoire c’est l’agent SNCF qui s’est fait une entorse en descendant sur le quai.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s