Dressage

C’est décidé, à tel point que je profite de cette tribune pour en faire l’annonce publique. Ça suffit, tu fais que branler, je veux dire encore plus que moi [ce qui en soi relève de l’exploit], alors que toi même pas tu sauves des vies. Comment ça c’est pas tous les 4 matins que j’en sauve ? Non mais je ne te permets pas !

Mais de qui parle-t-elle ? Elle est complètement cinglée ?» se dit le néo-lecteur. Tandis que le lecteur habituel le sait déjà.]

Le chat.

Alors qu’en mettant des fringues dans la machine ET en rangeant 3 conneries dans une boite je me suis donné bonne conscience pour la journée, le chat, lui, se contente de miauler pour me signifier avec insistance que quelques caresses pendant qu’il boulotte ses croquettes seraient les bienvenues.

Donc c’est décidé, je vais dresser le chat. Je vous le concède, c’est pas gagné.

À quoi faire ? Ah. Excellente question. C’est vrai qu’en le regardant, comme ça, on a pas l’impression qu’il puisse servir à quelque chose. Mais après tout c’est aussi l’idée qui me vient en face du miroir. À quoi peut bien servir un chat ? Je vous laisse ajouter en commentaires toutes idées supplémentaires.

– À faire la poussière avec sa queue et cette manie de monter sur les meubles.

– À chasser les moustiques efficacement l’été, sans pour autant me bondir sur la gueule toutes griffes dehors ce faisant.

– Question jardinage, bien connu est l’adage «Un griffage vaut deux arrosages». Je sens qu’on va faire des économies d’eau.

– De pense-bête. En se postant des heures durant devant la cafetière, pour me rappeler de commander des capsules. Idem avec les chiottes pour penser à acheter du PQ et sur la machine à laver pour la lessive. Après tout avec les croquettes ça marche très bien.

– Avec beaucoup de patience, suis sûre que sa langue râpeuse serait idéale pour poncer les différents meubles en bois que je n’aurais plus qu’à repeindre après.

– Sa souplesse légendaire (oui, j’te vois, en train de te laver les pattes arrières !) alliée à son habileté féline en ferait un ramasseur d’objets coincés sous des meubles parfait.

Au lieu de ça, il est là, en face de moi, à longuement faire sa toilette, prémice d’une énième sieste. Groumpf.

Publicités
Cet article, publié dans Connerie fulgurante, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Dressage

  1. NdL dit :

    Faut pas raconter n’importe quoi, les chats, ils servent à rien. Et je sais d’quoi que j’cause, j’en ai trois. Ce sont des PARASITES DE LA MAISON. Point barre.

    Regarde, par exemple, quand il te demande de te pousser pour lui laisser plus de place dans le canapé. Il a bossé, lui, pour l’acheter, le canapé ? Non. Sa bouffe, il a bossé, pour l’avoir ? Il a chassé, au moins ? Non. Et sa litière, il la nettoie ? Non. C’est toi, qui la nettoie.

    Et avec ça, si la litière n’est pas assez propre, Monsieur fait la tête. Si les coussins ne sont pas disposés correctement sur le canapé, Monsieur met 3 plombes pour s’installer, t’empêchant de lire ton journal. Si la dinde du soir n’a pas été achetée chez le boucher qu’il aime (véridique), Monsieur préfère avoir faim (et vomir demain matin à cause de la faim, de préférence sur les chaussures en daim de ma chérie) que de s’abaisser à manger ce que tu lui as préparé.

    Des parasites. Des parasites EXIGEANTS.

  2. Prof_Ninoche dit :

    Le problème du chat qui va chercher les objets sous les meubles, c’est que généralement, c’est LUI qui les a fichus là …
    Moi j’ai dressé mon chat : quand je l’appelle, (des fois)(pas tout le temps)(quand il a envie en fait) il vient, et je prends un shoot de ronron ! Ça ne vaut pas tes drogues antalgiques, mais qu’est ce que ça fait du bien !

  3. lilou dit :

    Sur mes 3 chats, j’en ai 2 qui servent super bien de bouillottes et un (le plus gentil) qui sait faire peur à ceux qui connaissent pas les chats! (il les regarde droit dans les yeux, ce qui les fait flipper genre « ton chat c’est un psychopathe, il veut ma mort!! », c’est très rigolo)
    Sinon, un chat, çà peut aussi servir à chasser les souris, mais bon, faut pas les nourri sinon, ils chassent pas, et si tu les nourris pas, ben ils te pourrissent la vie…donc bon…

  4. Fleur dit :

    Le tout, c’est de se dire qu’on habite chez son chat…

  5. zigmund dit :

    me suis souvent demandé pourquoi on arrivait plus « facilement » à dresser des fauves que des chats
    il y a un humoriste québequois qui a dit : tu peux toujours apprendre à un chat à te rapporter le bâton que tu lui a lancé mais tu auras plus vite fait d’apprendre au bâton à te rammener le chat « 

  6. Lazuli66 dit :

    Moi, mon chat, je lui ai appris à faire le beau. Deux ans ça m’a pris !…et c’est rigolo mais ça sert à rien 😀

    (et siouplait, Doc, un p’tit code pour la cuisine ?)

  7. Galilea dit :

    Disons le clairement: un chat n’a aucune utilité; certains matins, quand le mien prend ma place sous ma couette encore chaude en s’installant pour un confortable roupillon (et en me narguant du coin de ses yeux aux trois quarts fermés), alors que je pars affronter le vent et la froidure, et toute l’humanité souffrante qui m’attend à mon cabinet, il me vient des questions bizarres, genre: un méchoui de chat, ça a quel goût? on prend perpète pour un chaticide? et si je lui mets l’oreiller par dessus et que j’appuye très fort, elle tient combien de temps (c’est une minette)? Idem quand elle passe et repasse sur le clavier de l’ordi pendant que je tappe ma demi-tonne de courriers aux confrères hebdomadaire…
    Mais quand j’ai l’esprit perturbé, chagrin, ou que je suis juste fatiguée, qu’elle vient me donner ses petits coups de museau affectueux et se lover sur moi en ronronnant, et bien je ne me les pose plus, et vous savez quoi, je peux plus m’en passer…
    Alors, question: at on absolument besoin d’être utile à quelque chose pour avoir le droit d’exister?
    P…de bonne question!

  8. armance dit :

    « Quand le chat n’est plus sur Mémé, c’est que Mémé est froide », disait P. Desproges.

  9. Rosalie dit :

    Alors moi j’avais en ma possession un très gros chat auquel je n’ai pas appris grand chose mais qui fait effectivement très bien le regard du psycho-cat. Il se vautre toujours au milieu des chemins les plus empruntés et vous gratifie d’un « mouaaaaaaaar » en vous regardant de travers si vous avez l’audace de passer par dessus. Non parce que bouger, faut pas pousser non plus. Et en plus, il va même pas sur les genoux, ni les mieux ni ceux de mémé. Comment je vais faire moi si un jour mémé est froide ? Sur le dressage des chats et autres félins, je crois me souvenir d’un passage de Roselyne et les lions où un demeuré veut appeler son chat « Zoltan » (comme le gros lion du dresseur) et lui apprendre des tours. notamment à sauter « de la chaise à la table ». A se tordre. Courage Adré. PS : le chat pour le barbec, c’est pas top, faut lui enlever les poils avant, trop long.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s