Cui-cui

Fallait prendre en charge son mari. Il respirait comme une buse, voire pire (je sais pas trop comment ça respire, une buse, faut que je vous l’avoue). On lui a fait de la VNI, ce qui a marché du feu de Dieu, because VNI is magic, voir ici et ici.

Et à peine étions-nous entrés dans la pièce elle m’avait demandé si on allait l’amener à la Clinique X, où il est suivi. Déjà en plein jour j’ai des tendances connasse, mais à 6h du mat, le côté saut-du-lit-et-hop-dans-le-véhicule-qui-brille ça m’arrange pas. Donc j’avais répliqué qu’on en était pas là. J’ai cru être sèche en le disant, tout du moins après l’avoir dit, me le reprochant intérieurement aussitôt, et m’occupant de régler les paramètres du respi.

Quelques minutes après, rebelote, nouvelle tentative de savoir si la destination est bien celle-ci. Re on-va-d’abord-soigner-votre-mari un peu connassier, re eh-merde-j’ai-encore-cédé-à-la-connasserie.

Ensuite, ayant quasiment fini de stabiliser l’état du patient, j’entends cette dame réitérer sa demande auprès de l’ambulancier du SMUR, dont la réponse fut douce et gentille, bien qu’un bottage en touche magnifique du type «vous verrez ça avec le Dr Adré, elle va tout vous expliquer».

Enfin j’explique, en mode sympathique cette fois ci. Que je vais passer mon bilan à la régul et que si possible, si une équipe est disponible pour y recevoir son mari, oui oui oui on ira à la Clinique X.

C’est alors qu’assise au fond du salon, je griffonne sur ma fiche d’inter tout en me laissant bercer par la musique d’attente de la régul. Dans la pénombre. La dame se pointe et s’apprête à allumer la lampe à côté de moi pour épargner mes cellules ophtalmiques. Je lui précise que je préfère écrire ainsi, que j’y vois assez pour lire, et que je suis une chouille photophobique. «Vous savez, je suis un oiseau de nuit».

Bilan passé, patient installé, destination : Clinique X. Je salue la dame.

L’œil tendre et plein de malice, elle me dit : «Merci, oiseau de nuit !».

Cui-cui. 🙂

Publicités
Cet article, publié dans Brèves, SMUR, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Cui-cui

  1. Giulia dit :

    Cette dame, épouse du patient, semblait vraiment gentille 🙂

  2. NdL dit :

    pas évident de trouver des infos sur le système respiratoire des Accipitridae. Mais a priori ça a l’air plutôt bien foutu, cf fin de la 2e page de ce PDF : http://home.earthlink.net/~shepaugeagles/sitebuildercontent/sitebuilderfiles/Bald-eagle-facts.pdf

    Reste donc à savoir comment les buses tolèrent la VNI. PubMed ne recense malheureusement aucun papier avec la recherche « accipitridae non invasive ventilation ». Je pense que ça peut faire un bon sujet de thèse, non ? Voire même rapporter un prix IgNobel.

    à part ça j’avais mal lu le titre : « cul-cul ». Drôle d’impression à la lecture, du coup…

  3. Fleur dit :

    Buse variable, ou inox, béton ou PVC ?? 😉

  4. Ninon 84 dit :

    Et pour intuber une triple-buse , faut un sacré matos !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s