Meute mystérieuse

Ça fait plusieurs patients, récemment, qui ont des tableaux cliniques super-compliqués-super-graves auxquels on comprend rien. Bien plus que d’habitude. Des patients à la Dr House. Et ce ne sont pas des lupus. Quoi que des loups … En un sens, oui. «Y’a un loup …» pour dire que quelque chose cloche, dans la présentation clinique, ça oui.

Non mais faut arrêter, là ! C’est pas gentil ! Je suis pas élaborée, moi ! Suis SMURiste ! J’applique bêtement quelques algorithmes, et pi c’est tout !

C’est quoi ces mystères médicaux ? Hein ? Non parce que mettre des tubes, remplir, toussa, je veux bien, mais j’aime bien avoir une idée de ce qu’il a, le type, au moment de passer mon bilan à la régul ! J’aime bien avoir une hypothèse diagnostique, quand j’arrive en réa avec le patient et tout le barda (= scope-perfs-tuyaux-PSE-respi) !

Ok, ceux qui m’attendent et ceux qui me régulent savent que je suis profondément débile. M’enfin quand même !

Dire «Euh ben chuis arrivée, alors il allait pas bien, mais je sais pas ce qu’il avait, alors je l’ai rempli, et pi comme il était pas trop là, je lui ai collé un tube, et pi bon ben il a été sage dans le transport mais j’ai absolument aucune idée de ce qui lui arrive, hein, bon courage» ça fait quand même léger, comme transmissions médicales.

Ouais ben là j’ai une série de patients à la Dr House, tellement sauvages comme loups que même les réas ils savent pas. Pourtant, c’est des gens instruits, les réas, je veux dire, pas comme moi. Vous connaissez la différence entre un bon chasseur et un mauvais chasseur, dans le sketche des Inconnus ? Bon et bien la différence entre un réanimateur et un SMURiste, c’est le même genre. Prenez un patient de 40 piges avec de sévères troubles de la conscience. [Ce que j’appelle «Glasgow planche», ou pas loin.] Que fait le mauvais docteur, le SMURiste ? Facile, il l’intube. Maintenant, face au même patient, que fait le vrai et bon docteur, le réanimateur ? Bah il l’intube aussi, mais lui c’est un bon docteur.

Enfin bref les réas sont des gens instruits qui comprennent des trucs qui parlent de choses trop compliquées pour moi. Et en plus, dans les murs (= au chaud dans un service, pas dehors au domicile ou sur la voie publique), ils disposent d’éléments utiles telle la biologie et l’imagerie.

Ben là ça en fait plusieurs, des patients, des loups, auxquels les réanimateurs ne pipent absolument rien non plus. Alors comment voulez-vous que j’ai la moindre idée diagnostique, la moindre intuition clinique, hein ?

Bon, ben faut arrêter, les loups. On avait dit pas plus de 1 patient compliqué par trimestre. Là ça fait 5 ou 6 en une semaine, ça va pas du tout. Z’avez explosé les quotats, j’ai les neurones qui fument. Après ça déclenche l’alarme incendie au SAMU, ça va pas.

«Le chat noir qui danse avec la meute de loups», ça existe pas, comme film.

Advertisements
Cet article, publié dans Gourbi, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s