Ordres et contre-ordres

À l’heure qu’il est, amis lecteurs, je devrais être en train d’enfiler une soutane. Oui mais bon, j’ai pas des masses envie.

Il y a quelques jours, j’ai pris en charge une patiente, supposée avoir une maladie X, maladie grave. Je vais pas vous raconter les détails, pour des raisons allant de l’absence de côté palpitant au secret médical en passant par la flemme, mais voilà.

Toujours est-il, que moyennant prendre de haut un confrère, qui certes n’avait même pas été foutu de prendre la tension à la patiente, et qui évoquait la maladie X, j’ai dit à mon étudiant : «Si elle a [maladie grave X], je me fais nonne.»

Aïe. Pas envie, moi, de me faire moine-femelle ! Veux bien être une sœur, le suis déjà d’ailleurs, mais pas une bonne-sœur !

J’ai dit du haut de mon aura de SMURiste au confrère que «oui mais non mais là, je l’achetais pas du tout, la maladie X», aux proches que la patiente ne m’inquiétais pas, à l’équipe d’accueil que je n’y croyais pas.

Je l’ai chargée [Oui, trolls, n’imaginez pas que c’est sans le savoir que je tends le bâton pour me faire battre, employant un vocabulaire qui devrait être réservé au transport de marchandises, mais certainement pas adapté à la dimension humaine], donc disais-je avant d’être interrompue par mon message à visée trollologique, je l’ai chargée, ai à peine pris la précaution de dire que «bon, certes, je pouvais me tromper» et l’ai amenée [spécial trolls : «livrée»] dans un service Y.

Et j’ai dit à mon externe que si elle avait la maladie grave X, je voulais bien me faire nonne.

Oui, mais non, là, de suite, la vie monastique, ça m’arrange pas. Et puis est-ce qu’ils ont la wifi, au moins, là-bas ?

Hier soir j’ai regardé l’informatique de l’hôpital. Ah dommage. Pour elle, surtout, et pour sa famille. Ça chie. Elle a la maladie X. Est hospitalisée en réa. Shit shit shit.

Faute avouée, à moitié pardonnée. Vous croyez que si je l’avoue deux fois ça me lavera complètement ?

Pour me racheter, je promets, dès ce soir, de réciter avec ma sœur, qui n’est pas «bonne» au sens sacerdotal mais simplement géniale, des «Notre Père, qui êtes dans les îles, que votre rhum soit sanctifié…». Mea culpa.

Je souhaite de tout cœur qu’elle récupérera. Au plus vite.

Advertisements
Cet article, publié dans Instantanés, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Ordres et contre-ordres

  1. Giulia dit :

    Tu ne comptes pas réciter trois Pater et trois Avé ? Puisque tu dis que tu te fais nonne si elle a la maladie X MDR

    Ou, plutôt que de réciter trois Pater et trois Avé, pourquoi ne pas aller voir la famille et leur dire que tu regrettes de ne pas les avoir cru ?
    La famille t’en sera gré de reconnaitre que tu as fait une erreur de ne pas les croire. Comme quoi, le patient et sa famille ne racontent pas toujours n’importe quoi…

    • docadrenaline dit :

      Ce n’est ni à la famille ni à la patiente que je dois des excuses de ne pas les avoir cru. Avec eux, je ne crois pas avoir été hautaine, au contraire. D’ailleurs ils n’ont émis aucune hypothèse diagnostique, comme généralement les patients et leurs familles, ils veulent juste qu’on les soigne, et ne se la jouent pas « j’ai pas fait médecine mais néanmoins je sais tout de ce cas » contrairement au discours qu’ont souvent les personnes plus éloignées qui gravitent autour du cas ou qui en ont juste entendu parler.
      C’est à ce confrère, qui certes n’avait pas les bons réflexes sur le plan de la prise en charge, à part l’appel à un ami (le 15), mais qui lui, au moins, ne s’est pas planté d’impression diagnostique de façon lamentable.
      Quant à réciter des pater et des avé, le terme de réciter implique qu’au départ je les sache … Ce qui n’est pas le cas, et tant qu’à réviser des trucs, vais plutôt me concentrer sur des bouquins de médecine pour m’éviter de futures plantades que bigotteries qui feraient s’étouffer mes parents.
      Bon week-end !

      • Giulia dit :

        Merci pour ces précisions.
        Il est vrai qu’en lisant ton texte, j’ai eu du mal à comprendre qu’il s’agissait non pas de la famille, mais d’un médecin extérieur. J’avais compris que c’était la famille qui avait l’intuition que, sans forcément se croire médecins. Humm, je ne sais pas si c’est très français ce que je dis, ou bien la combo fatigue+hypo+ritaline-plus-dispo à l’oeuvre
        Au temps pour moi.

  2. Casque Houille dit :

    La moitié la plus active dans ton éducation adhère , mea culpa OK mais errare humanum est !!! Et de toutes façons , e pericoloso sporgersi , et morituri te salutant .bisous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s