Musclor et les créatures

Je discutais tout à l’heure dans le bain (merci, ça m’a fait beaucoup de bien, je suis toujours pas motivée pour faire la valise mais pour bloguer oui) avec mes travers, créatures intérieures, et je me disais que je pouvais encore … Ah oui, d’abord faut que j’explique les créatures.

Bon, vous voyez le petit ange et le petit démon dans les BD ? Celui que tel ou tel personnage a dans la tête ? Bon ben moi c’est pareil, sauf que j’ai 1 petit ange et une dizaine de petits démons. Et oui, tout s’explique. Bon déjà autant que de péchés capitaux (la paresse à fond, que j’aime plutôt appeler fainéantise ; l’orgueil bien sûr ; la gourmandise inutile de le rappeler ; la luxure ure ure ; l’avarice pas des masses ; la colère je l’avoue et l’envie … tout dépend ce qu’on y met). Plus le démon du bavardage, responsable de ma logorrhée bloguesque aussi, spécialisé en néologismes à la con ; le démon du je-donne-mon-avis-sur-tout ; et le démon de la connerie. Y’a encore d’autres démons, mais ça va vous en faire trop à retenir. Le petit ange, lui, a pour principale expression «Oooooh le pauvre !» (prononcez si-si bémoooool) ce qui a pour effet de courir sur le haricot de nombreux démons.

Donc nous discutions du fait qu’après tout, c’est pas parce que je l’ai déjà fait une fois, que je ne pouvais pas vous raconter une analgésie. Une autre. [Démon de la colère et des remarques cyniques : «elle va leur servir du réchauffé…»] [Démon de l’orgueil : «Toi, ta gueule !»].

Parlons donc de Musclor. Quel est le principal problème de Musclor ? [toi, le démon de la connerie, tais-toi] Musclor est trop musclé des biceps, mais pas assez de la coiffe des rotateurs. [Petit ange : «Ooooh, le pauvre !»].

Donc, un soir, Musclor rentre chez lui, et en sortant les courses du coffre de sa voiture, qu’est-ce qui lui arrive ? Il se démet l’épaule. Celle-là même qu’il s’est déjà démit une paire de fois. Et ça fait mal.

[Petit ange : «Ooooh, le pauvre !»].

Du coup, Musclor appelle les secours. C’est quand même pas de chance de se démettre l’épaule en soulevant un cubi de vin ! [Petit ange : «Oooooh, le pauvre»][Démon de la connerie : «Mais ta gueu…..!»]

Les pompiers arrivent, et comme on est pas des monstres et qu’on sait que la route entre chez Musclor et le service d’Urgences le plus proche est longue et cabossée, que ça va faire mal [Petit ange se prend soudain un coup de batte de baseball sur le crane, alors qu’il allait dire un truc], le gentil régulateur lui envoie un SMUR. Et le SMUR, dedans, y’a bibi.

Bibi fait donc la connaissance de Musclor, et grâce à son regard-à-rayons-X (nan, j’déconne) diagnostique une luxation antérieure de l’épaule.

Aspelund (IADE du SMUR, armoire à glace d’origine scandinave, voir ici) lui place un cathéter [«Ooooh, le pauvre» dit une petite voix] [«Putain mais c’est pas possible, le chat lui il a plusieurs nuances de miaulement, toi même pas ! Mais faites le taire !» dit une grosse voix, que je soupçonne être celle du démon de la colère] et lui enquille une analgésie de départ faite de paracétamol injectable, d’un AINS injectable aussi, et de sufenta l’opiacé.

Ça fait moins mal. Maintenant, va falloir la réduire, cette luxation. Vous croyez sincèrement que mes petits bras frêles (c’est pas ma faute, c’est le démon de la fainéantise qui m’interdit de faire du sport) vont vaincre le tonus des biceps de Musclor ? Non, j’aurais beau tirer comme un âne, j’y arriverais pas, et puis ça lui ferait mal, à MusclorOooh, le »biiiiiiiiip].

Donc on va ruser. Ruser blanc, même. Ça tombe bien, on est habillés en blanc (toi aussi injecte des produits coordonnés avec ta tenue parce que tu le vaux bien). On va lui faire du Propofol, oui, celui-là même que This-is-it aimait tant. C’est pas parce qu’il l’aimait tant que ça ne reste pas néanmoins un super produit, le lait-qui-fait-faire-dodo. Donc le lait coule doucement dans les veines de Musclor, dont les paupières sont de plus en plus louuuuurdes….

Musclor, qui avait été généreusement pré-oxygéné, s’arrête de respirer. Maiiiiis non arrêtez de flipper, tout va bien, c’était prévu, Aspelund est en train de le ballonner. Sa sat ne décroche pas des 100%, all is well, détendez-vous.

Bibi empoigne alors le membre luxé, et clic clac avec une facilité enfantine le remet dans le droit-chemin-pour-une-épaule, en atteste le ressaut qu’elle sent dans ses mains.

Quelques secondes plus tard, Musclor se remet à respirer tout seul comme un grand, et une minute plus tard il ouvre les yeux et les écarquille voyant que son membre supérieur est tout-bien-comme-il-faut.

On lui met une écharpe, et il roule aux Urgences. Sans douleur. [Le petit ange trépigne de joie, et une fois n’est pas coutume, trouve un démon pour danser avec lui : celui de l’orgueil, ou plutôt de la fierté]. [C’est ici que le démon de la fainéantise me conseille d’aller me vautrer sous la couette, alors je vous laisse…]

Advertisements
Cet article, publié dans SMUR, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Musclor et les créatures

  1. zigmund dit :

    je suis carrément fan de ce billet et de ton ange (oh le pauvre !)et de tes démons et comme il est coutume de dire sur le net lol ou mdr (et qd un vieux comme moi écrit ça c’est qu’il est vraiment écroulé ) merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s