Derma-gnagna

J’ai un bouton sur la gueule. Merde ! C’est pas parce que j’ai 13 ans d’âge mental qu’il me faut l’acné qui va avec !

J’ai un bouton sur la gueule. Oui tous ces posts sérieux où j’essaie de me faire passer pour +/- intelligente, +/- consciemment, que certains trouvent agréables à lire (WTF ?), y’en a marre. Aujourd’hui j’ai rien à dire, mais alors vraiment rien. D’intéressant, j’entends.

Mais j’ai un bouton sur la gueule. C’est pas la première fois, c’est pas la dernière. Pour les lecteurs qui me connaissent : no comment, please. C’est bon, je le sais que j’ai souvent des boutons sur la gueule. Ouais mais çui là il est gros. Plus gros que d’habitude.

J’ai un bouton sur la gueule. Tiens, elle doit être morte la dame de l’autre soir. J’ai pas eu de nouvelles. M’enfin elle doit être morte. Et le monsieur, qui s’appelait je-sais-plus-comment (ça tombe bien, je comptais pas vous le dire), ben lui, j’ai vu son scan, il est pas joli. Plein plein de métastases cérébrales. Va mourir aussi, le monsieur. Fait chier, je crois qu’il avait des gamins en bas âge. Quand ils meurent ou qu’ils en prennent le chemin, mon attention se focalise souvent sur la question : «est-ce qu’il a des gamins ?». C’est pas facile pour les parents, les conjoints, les frères, les sœurs, ouais ok je sais, je suis pas aussi débile qu’il n’y parait, quand même. Mais quand j’apprends qu’ils n’ont pas de gamins, ça me soulage.

J’ai un putain de bouton sur la gueule. J’en ai plusieurs en fait, mais çui là je sais pas comment on peut ne pas le voir avant de distinguer le reste de mon visage. À part ça, j’ai acheté un joli manteau aujourd’hui. 9/10e de garde, il m’a coûté. C’est la première fois que j’achète un manteau aussi cher. Il est beau. J’ai craqué. Il était dans la vitrine, et déjà la semaine dernière il m’avait crié «Achète-moi !» mais j’avais été forte et j’avais résisté. Aujourd’hui, sous prétexte que j’avais déjà acheté plein de cadeaux pour Petit Caillou, mon filleul et sa sœur, et qu’il me restait des sous ; mon surmoi a lâché et au cri du manteau j’ai cédé. Et comme de par hasard j’ai cédé pour celui-là, alors que le jour où je l’avais repéré, j’avais aussi vu, quelques boutiques plus loin, un autre manteau (pas du tout du même genre) qui ne coûtait qu’ 1/5e de garde. Oui la garde est l’unité monétaire que j’utilise depuis mon internat et l’apparition du Syndrome Post-Garde, qui veut que le lendemain d’une garde t’as une envie fulgurante de claquer le pognon gagné pendant la garde. Sauf que maintenant je gagne plus du double que quand j’étais interne, pendant une garde.

J’ai un bouton sur la gueule. Avec ça, ça doit faire au moins une semaine que j’ai pas signé un certificat de décès. Les mecs de l’état civil vont commencer à s’inquiéter et lancer un avis de recherche.

J’ai un bouton sur la gueule. Tiens, j’ai appris ce soir que l’un de mes pères médicaux me lisait, et qu’en plus il aimait bien. Fierté ++++. Grave. Bon quand il tombera sur ce post il se ravisera. En tous cas j’ai jamais bien compris ce qu’il appréciait chez moi. Un type si exigeant. Si brillant. M’enfin je fais pas ma difficile, dans ce genre de cas, je prends, même si je comprends pas pourquoi.

Malgré mon bouton j’étais ravie l’autre jour de recevoir le faire-part de cette naissance qu’on avait fait en SMUR. Au dos, la jeune maman a écrit quelques mots pour moi, ça m’a touché. Vous imaginez pas comme j’ai balisé lors de cette naissance. Et quand j’ai saisi cet enfant tout rose qui criait vigoureusement, quelle a été ma joie ! Autant que ses parents, je crois.

J’ai un bouton sur la gueule. Et sur le dos, j’aurai bientôt plus grand chose à me mettre si je ne descends pas mettre une machine en route de ce pas. Enfin à part le placard plein de fringues, mais je suis une fille, donc ça n’empêche que j’ai quasiment rien à me mettre. En disant ça je réalise comme c’est odieux, je veux dire, c’est pas comme si on était pas amenés à soigner des gens qui eux, n’ont réellement rien à se mettre. J’aurais mieux fait de me taire. Comme d’hab.

J’ai un bouton, mais en régulation, ça ne se voit pas. «Les secours sont déjà en route, Madame. Est-ce que votre mari respire ?». Et les patients inconscients ne le voient pas non plus. Idem ceux qui sont en arrêt. Bon reste ceux qui vont bien, ça, oui. D’ici que j’en voie un, il aura certainement disparu. Ce bouton hideux.

Advertisements
Cet article a été publié dans Instantanés. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Derma-gnagna

  1. Gélule dit :

    Le Syndrome Post-Garde, dont l’intensité dépend du degré de pourritude de la garde…. Souvenir d’un post-garde où quand mon mec rentré, et qu’il a vu le canapé COUVERT de NOUVELLES BDs, il a dit « ah, cétait si horrible que ça? » (et sinon j’aime toujours autant ton blog ❤ )

  2. Philippe dit :

    Un post sur un spot.

  3. armance dit :

    Aaaaaahhh! Moi aussi, les BD, le lendemain des gardes pourries! Sauf que, comme je suis en manque de sommeil, je cafarde avant même de passer à la caisse en me disant que je n’aurai probablement même pas le temps de les lire d’ici la prochaine garde.
    Mes filles ont pris le pli: quand Maman est dans cet état là, on peut lui faire acheter 2 fois plus de bouquins sans négociation…

  4. Casque Houille dit :

    C’est quoi ce bouton ? Quelqu’un ou quelque chose qui te file des boutons ? Ou bien la nature qui s’inspire de la technologie , et t’installe un bouton ON-OFF , sur le visage pour que tu n’aies pas à le chercher ? 😇

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s